Le port du masque obligatoire dans les zones à forte densité de population prolongé d'un mois dans l'Hérault

Publié le

Depuis ce samedi, le préfet de l'Hérault a pris un arrêté prolongeant d'un mois, le port du masque obligatoire dans le département, dans les zones à forte concentration de population. Il est applicable jusqu'au mercredi 16 février inclus, sous peine d'amende et sanctions.

L'arrêté préfectoral prescrivant le port du masque obligatoire dans l'Hérault vient d'être prolongé d'un mois. Il est désormais valide jusqu'au 16 février 2022.

Il s'appuie sur le taux d'incidence de la première semaine de janvier fixé à 2.542 cas pour 100.000 habitants dans l'Hérault, soit +60% en une semaine et +197% en 15 jours, selon l'ARS Occitanie.
Idem pour le taux de positivité, 18,3% de tests positifs au Covid sur l'ensemble des tests réalisés, soit 3 points de plus en une semaine et +9,8 points en 15 jours.

Au 12 janvier 2022, il y avait 347 patients Covid à l'hôpital dans l'Hérault, c'est 10% de plus en une semaine, dont 88 en soins critiques et réanimation.

Modalités d'application

Cette mesure s'applique pour toute personne de plus de 11 ans.

  • dans les établissements recevant du public de plein air non soumis au pass sanitaire quand les mesures de distanciation physique de 2 mètres ne peuvent être respectées
  • dans les marchés, brocantes, ventes au déballage de plein air ou couverts
  • dans les rassemblements (manifestation déclarée, festival, spectacle de rue...
  • dans les files d'attente
  • aux abords des gares, des aéroports, des ports, des abris bus et de tram dans un rayon de 50 mètres
  • aux abords des centres commerciaux, des écoles, des lieux de culte dans un rayon de 50 mètres
  • dans les rues et zones piétonnes très fréquentées

L'obligation de port du masque ne s'applique pas dans quelques rares cas.

  • dans les locaux d'habitation
  • aux personnes en situation de handicap avec dérogation et justificatif
  • aux personnes pratiquant des activités physiques ou sportives et/ou cyclistes dans les zones à faible densité de population.

Toute infraction est passible de sanctions pénales selon le code de la santé publique.