• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Le maire de Montpellier saisit le procureur de la République suite à une publication visant son adjointe Titina Dasylva

Le post Facebook de Jordi Vives vise l'élue montpelliéraine Titina Dasylva. / © Twitter P. Saurel.
Le post Facebook de Jordi Vives vise l'élue montpelliéraine Titina Dasylva. / © Twitter P. Saurel.

Pour Philippe Saurel, la publication de Jordi Vives ne passe pas. Il poursuit donc le rédacteur en chef de Lenguadoc Info, un média identitaire, pour "propos raciste et discrimination en fonction de l’origine". Ce post vise Titina Dasylva, la première élue noire de l'histoire de Montpellier.

Par Olivia Boisson


La colère du maire de Montpellier, Philippe Saurel, vient d’un post Facebook, publié par Jordi Vives, le rédacteur en chef du média identitaire Lenguadoc Info. En effet, ce dernier a publié, sur Facebook, une photo prise lors d’un mariage en mairie. On peut y voir Titina Dasylva célébrer cette union en tant qu’adjointe au maire. En légende : "Vive la République sénégal… euh… française !".
 

Une honte, ce post à destination de Titina Dasilva adjointe à la sécurité de la ville de Montpellier !

 


Contacté par téléphone, Philippe Saurel a confirmé saisir le procureur de la République de Montpellier pour "propos raciste et discrimination en fonction de l’origine".


Ce sont des propos que l’on entend parfois malheureusement mais c’est inacceptable. De tels propos sont punis par la loi. J’aurais eu la même réaction s’il s’agissait d’un ou d’une citoyenne. J’ai contacté Titina Dasylva. Avec son accord, je saisis le procureur de la République, car c’est une affaire qui concerne tout le monde : le conseil municipal, la ville et la République.
 

"Je vais me défendre"

 

De son côté, Titina Dasylva, adjointe au maire en charge de la sécurité, se dit "profondément choquée" par cette publication.
 

Sur cette photo, je porte l’écharpe, je fais ma mission d’élue locale et je représente la République française. Je suis en colère car il (Jordi Vives) m’attaque en tant que femme, il attaque la nation, l’histoire de mon pays. Cela me fait très mal.
 

Avant d’ajouter :
 

Je suis la première élue noire de l’histoire de Montpellier. Je vais me défendre.
 

Contacté, Jordi Vives - l'auteur de cette publication - n'a pour l'instant pas répondu à nos sollicitations.

Sur le même sujet

Montpellier : l'espace logement étudiant est ouvert à la mairie

Les + Lus