Examens 2018
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Marion, Cassandre et Charles ont choisi l'apprentissage

Marion, Charles et Cassandre ont choisi l'apprentissage.
Marion, Charles et Cassandre ont choisi l'apprentissage.

Comme Marion, Charles et Cassandre, ils sont plus de 60.000 jeunes en Occitanie, âgée de 16 à 30 ans, à suivre un cursus de formation dans un C.F.A, un centre de formation pour apprentis. Un choix qui s'est s'imposé à eux, comme une évidence. 

Par Olivier Le Creurer

Comme Marion, Charles et Cassandre, ils sont 400 000 jeunes en France, âgée de 16 à 25 ans, à suivre un cursus de formation dans un C.F.A, un centre de formation pour apprentis. Un choix qui s'est s'imposé à eux, comme une évidence.

Une évidence


Charles : "Le milieu de l'école pur et dur, c'était pas fait pour moi, j'avaisenvie de découvrir le monde du travail et du coup après mes deux ans de DUT, j'ai décidé de m'orienter vers une formation en alternance," 

Marion: "J'ai préféré partir sur l'alternance pour commencer à rentrer un peu dans le monde du travail." 

Cassandre : "Je me voyais mal faire un BTS, un master, un machin, pour en final faire quoi. prendre une filière qui n'est pas du tout la mienne alors que je voulais faire boucher. C'était le travail, travailler." 

Cassandre a trouvé sa vocation: ce sera dans la boucherie. "J'ai découvert ce métier par hasard à la fabrication du boudin et j'ai voulu aller un peu plus loin avec des petits stages dans une vieille campagneoù il tuait le cochon. Et là, je me suis dit que je voulais voir plus gros que le cochon."

Le principe est on ne peut plus clair, une semaine de formation théorique en classe dispensé par le CFA et les trois suivantes dans une entreprise pour l'enseignement pratique. "Le CFA, on va plus apprendre, ce qu'est la théorie, la gestion, l'hygiène, les maladies, l'anatomie, ici on touche plus la viande."

Du CAP à l'ingénieur


L'apprentissage en alternance propose des diplômes allant du CAP à celui d'ingénieurs, c'est le cas pour Charles et Marion qui prépare un brevet en ingénierie mécanique.  "Ca me permet d'appliquer ce que je vois, de faire du concret plutôt que du cour théorique, ça permet vraiment d'appliquer les choses tout de suite."

Ca me permet d'appliquer ce que je vois


La France totaliserait seulement 7 % de jeunes âgée de 16 /25 ans, en apprentissage, c'est deux fois moins que la majorité des autres pays européens. "Mes professeurs, dans mes études, ne m'ont pratiquement jamais parlé de l'alternance . Cela n'a malheureusement pas une très bonne réputation dans le cycle ingénieur. On nous en parle très peu, regrette Marion.

Mes professeurs, dans mes études, ne m'ont pratiquement jamais parlé de l'alternance 


"L'alternance aujourd'hui est encore calquée sur une image des métiers par apprentissage qu'on faisait au niveau des métiers manuels. Alors qu'aujourd'hui, l'apprentissage, ça va de bac - 5 à bac +5. Toutes les filières sont capables d'accueillir des étudiants en alternance," assure Eric Dubreuil, professeur à Polytech Montpellier.

Avantage aussi pour l'entreprise


Un double avantage aussi pour l'entreprise. Celui d'avoir apporté une formation maison à l'apprenti et celui de connaitre la personne qu'ils sont susceptible d'embaucher. Un deal finalement gagnant, gagnant. 

"Du coup, quand je vais arriver, après mon école avec mon diplôme, je connaitrais déjà l'entreprise. Ce sera plus facile pour moi de travailler avec les personnes qui m'entourent, précise Charles.

L'apprentissage affiche de bon résultat sur le marché de l'emploi. 7 jeunes sur 10 trouvent un poste dans les 6 mois qui suivent. Mais le dispositif plafonne 296000 ont tenté l'aventure de l'alternance en 2017 un niveau très légèrement supérieur à celui enregistré 10 ans plus tôt. 


Apprentissage : portraits croisés
Comme Marion, Charles et Cassandre, ils sont plus de 60.000 jeunes en Ocitanie, âgée de 16 à 30 ans, à suivre un cursus de formation dans un C.F.A, un centre de formation pour apprentis. Un choix qui s'est s'imposé à eux, comme une évidence.


Pour voir tous nos reportages sur l'opération "Tous apprentis" en collaboration avec France Bleu : cliquez ici. 

Les chiffres en Occitanie

En 2017:
36438 apprentis (+4,4 % par rapport à 2016)
Restauration-hôtellerie, artisanat et commerce sont les trois secteurs avec le plus d'apprentis
Entre 10 et 20 % de contarts rompus
Taux d'insertion: de 70 à 80% et même plus de 90% pour les ingénieurs.

A lire aussi

Sur le même sujet

Une start-up de Montpellier propose des locations d'appartements entre sportifs

Les + Lus