• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Montpellier : Aurélie Chaboudez vise la médaille aux 400 m haies des JO de Tokyo

Aurélie Caboudez, ici aux championnats d'Europe d'athlétisme à Berlin en juillet 2018. / © PASCAL PAVANI / AFP
Aurélie Caboudez, ici aux championnats d'Europe d'athlétisme à Berlin en juillet 2018. / © PASCAL PAVANI / AFP

Aurélie Chaboudez est depuis plusieurs années la meilleure athlète française sur 400 m haies. Elle mène parallèlement une brillante carrière dans les relations publiques au sein d'une grande banque française. Elle vit et s'entraine à Montpellier. Objectif : être prête pour les JO de 2020 à Tokyo.

Par Josette Sanna

Tous les jours, c'est le même ballet. Une chorégraphie rodée que les athlètes du groupe 400 m de Montpellier mettent en oeuvre sans ciller.

Parmi les solistes, Aurélie Chaboudez répète inlassablement ses gammes.

Depuis plusieurs années, elle domine le 400 mètres haies français et elle n'entend pas s'en contenter.


Le but à l'entraînement c'est de gagner un millième ou un centième ou un dixième sur son propre record ou même sur une plac sur la ligne d'arrivée.

Donc c'est beaucoup d'heures pour peut-être une minute sur un stade aux championnats, mais c'est le minimum", sourit Aurélie Chaboudez, championne de France 400 m Haies

Le Travail. Sur la piste mais aussi au bureau.

C'est la glorieuse incertitude de son sport. Les champions qui vivent seulement de l'athlétisme se comptent sur les doigts d'une main.

Bien dans son job

Alors Aurélie Chaboudez a beau préparer les prochains JO, tous les jours elle assure au boulot.

La jeune femme, titulaire d'un master de management, partage sa vie entre les pistes et le service de communication d'une grande banque française.

"Le fait d'être bien au quotidien, c'est pour moi un équilibre. C'est aussi important d'être épanouie pour moi dans mon travail que sur un stade", ajoute la jeune femme 

1ère Française aux championnats du monde

Un équilibre qui a permis à Aurélie de dominer sa discipline au niveau national depuis près de 10 ans.
Championne Olympique de la jeunesse en 2010, elle est la première française dans sa discipline à s'être hissée dans une demi-finale de championnat du monde. C'était en 2015, à Pékin.

De retour à Montpellier après une parenthèse parisienne, elle s'entraine dur aux côtés de champions confirmés pour aller encore plus haut.

Aurélie est quelqu'un de très déterminé qui ne va jamais lâcher l'affaire, dit Bruno Gajer, Coach fédéral 400 m haies, Pôle Montpellier


Pour atteindre cet objectif, Aurélie devra réaliser les minimas et certainement améliorer son record personnel de 55' 51" d'au moins 1/2 secondes.
 ..


 

Sur le même sujet

Montpellier Danse : où va la danse contemporaine aujourd'hui ?

Les + Lus