Montpellier : le confinement dans les cabanons de l'Etang de l'Or, entre système D et solidarité

Trois couples d'amis on choisi de vivre leur confinement dans les cabanons de l'Etang de l'Or.  Entre mer et terre, pour vivre ici, il faut élever l'autonomie en principe de vie.
 
Trois couples d'amis on choisi de vivre leur confinement dans les cabanons de l'Etang de l'Or à Marsillargues près de Montpellier.  Entre mer et terre,  panneaux solaires, eau filtrée, pour vivre ici, il faut élever l'autonomie en principe de vie. Le confinement complique les choses.

Parmi nos activités militantes ou civiques on aime bien aller checher la nourriture qui va être jetée dans les bennes des supermarchés. En ce moment on a peur de se faire arrêter par les gendarmes et ce serait difficile d'expliquer que l'on va faire les courses dans les bennes.

Il y a certainement encore beaucoup de nourriture gâchée dans les bennes et on ne peut pas aller la sauver", se désole Morgan Monchaud, habitant d'une cabane au bord de l'Etang de l'Or, près de Montpellier .  

Retour aux sources

Plus de courses, plus de travail.  Indépendants, les amis vivent de documentaires aventure qu'ils réalisent sur leurs propres voyages autour du monde, aujourd'hui tout est bloqué, du coup ils bricolent en fabriquant un fumoir. 
"Cela permet de conserver le poisson. C'est un des avantages. Si on pêche pas mal de poisson, on peut le garder plusieurs semaines et ça permet aussi de changer un peu le goût. On fait la même chose avec les aubergines et on fait après un petit caviar d'aubergines fumées", sourit Quentin Schull, habitant des berges de l'Etang de l'Or.

Le temps de faire les choses ensemble

Le confinement leur offre le temps nécessaire à la réalisation d'un tas de petits projets restés en suspens. Agrandir le potager,  créer un four solaire, ou encore fabriquer son pain.
"Maintenant il fermente bien. On fait nos fournées. Brian et Morgan travaillent ensemble, Lolita et moi travaillons ensemble également. C'est plus pratique de se retrouver comme ça entre amis. On avance sur le boulot ensemble et ensuite cela permet de se retrouver pour avoir une vie sociale, et ne pas se retrouver qu'en couple.

Durant cette période assez longue, c'est chouette de pouvoir se retrouver à plusieurs" sourit Lila Minchin

Toujours à la recherche d'autonomie, les amis se sont lancé un autre défi, se déconnecter d'internet tous les week-ends.   



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société confinement : envie d'évasion