Montpellier et Sète candidates, ensemble, pour devenir capitales européennes de la culture en 2028

Publié le

En 2028, une ville française sera désignée capitale européenne pour la culture aux côtés d’une ville tchèque. Montpellier et Sète décident de s'unir pour candidater face à sept autres villes : Amiens, Bastia, Bourges, Nice, Reims, Rouen et Saint-Denis.

Après Paris en 1989, Avignon en 2000, Lille en 2004 et Marseille en 2013, Sète et Montpellier tentent leur chance pour le titre de capitale culturelle européenne.

En 2028, deux nouvelles villes seront désignées pour rayonner à travers l'Europe. Expositions, festivals, événements : elles seront en charge d'organiser des actions pour partager la culture française et régionale. 

Actuellement, trois villes se partagent le titre : Kaunas en Lituanie, Esch-sur-Alzette au Luxembourg et Novi Sad en Serbie.

Retour sur l'histoire de ce label

L’initiative a vu le jour en 1985. Melina Mercouri, actrice grecque - qui donne d'ailleurs son nom à une Maison pour Tous à Montpellier - en est à l'origine.  A l'époque, elle est aussi ministre de la Culture dans son pays. 

Melina Mercouri s'associe à son homologue français, Jack Lang, pour faire d'Athènes la première "ville européenne de la culture." L'appellation est modifiée en 1999 pour le titre de capitale que l'on connaît actuellement.

Fédérer et rassembler par la culture

Montpellier et Sète ont jusqu'au 1er décembre 2022 pour déposer leur dossier de candidature.

200 pages à rédiger, un challenge que Fabrice Manuel, chargé du projet pour Sète, est prêt à relever : "Candidater pour ce titre est une opportunité magnifique. Ce qui est incroyable c'est que les collectivités de tous bords s'allient pour la culture."



La mairie de Montpellier partage cet élan rassembleur : "Elle sera construite avec la volonté de fédérer autour des arts et de la culture, en associant le plus grand nombre à son élaboration et à sa réalisation."

Un riche territoire de culture

Les villes héraultaises comptent miser sur leur patrimoine culturel particulièrement riche pour porter cette candidature.

Sète est une ville historiquement culturelle : Jean Vilar, Agnès Varda, les films de Kechiche... On a aussi une scène nationale et un artiste de renom : Monsieur Soulages

Fabrice Manuel, chargé du projet à Sète

Pierre Soulages a fêté ses 102 ans le 24 décembre dernier. Le peintre né à Rodez en 1919, réside à Sète. Pierre Soulages est devenu en 2021 le peintre français le mieux coté du monde, avec la vente d'une œuvre à 20 millions de dollars.

Agnès Varda, réalisatrice oscarisée, a fait la gloire de Sète à plusieurs reprises. La Sétoise de cœur y a tourné différents films, dont son tout premier dans le quartier de la Pointe Courte en 1954.

Quant à Abdelattif Kechiche, son film Mektoub my love a aussi eu pour décor le littoral sétois.

La nature, point de jonction du projet

Montpellier et Sète vont aussi placer la nature au cœur de leur collaboration comme l'explique le chargé du projet : "On va travailler sur les points de jonction entre nos villes." Le littoral, les salins et les lagunes qui s'étendent entre les deux villes sont un point de rapprochement conséquent, mis en avant dans la candidature. 

Les villes obtiendront-elles le titre de capitale culturelle européenne tant convoitée ? Réponse partielle en mars 2023, pour savoir si elles font partie des quatre finalistes. Le label sera définitivement attribué d'ici décembre 2023.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité