Montpellier : les internes en médecine en grève illimitée pour dénoncer leurs conditions de travail

En Languedoc-Roussillon, près de 60% des internes sont en grève ce mardi 10 décembre / © July Beghin
En Languedoc-Roussillon, près de 60% des internes sont en grève ce mardi 10 décembre / © July Beghin

Les futurs médecins appellent à une grève illimitée à partir de ce mardi 10 décembre pour dénoncer la dégradation des soins et réclamer une amélioration de leurs conditions de travail. Dans la région de Montpellier, elle promet d’être suivie, 60% des internes sont déjà en grève ce mardi matin.

Par Joane Mériot

Ce sont eux nos futurs médecins ! Et aujourd’hui la coupe est pleine. Les internes en médecine en ont « ras le bol » et ils entendent bien le faire savoir. Ils entament une grève illimitée dès ce mardi 10 décembre pour dénoncer des conditions de travail devenues insoutenables selon eux, qui en plus, dégradent la qualité des soins proposée aux patients : 

Nous sommes censés faire 48h par semaine, et aujourd’hui nous sommes à quasiment 55h et dans certaines spécialités cela va jusque 100h par semaine, dénonce July Beghin, interne en médecine d’urgence et présidente des internes en Languedoc-Roussillon.

 

60% de grévistes en Languedoc-Roussillon

 



Alors que bons nombres de services d’urgence sont en grève depuis le mois de mars et que le personnel hospitalier a manifesté le 14 novembre dernier partout en France, c’est au tour des internes en médecine, pharmacie ou encore biologie de se mettre en grève illimitée. Dans l’ex région Languedoc-Roussillon, ils sont près de 60% à se mettre en grève. Sur les 1300 internes que comptent la région, 850 étaient signalés comme grévistes ce mardi 10 décembre au matin.
 

 

Leurs revendications ?


Des points de revendications, ils en ont plusieurs. Avec en tête de liste des revendications liées au temps de travail mais aussi à leur rémunération.
  • Des heures à rallonge

Au cœur de leurs doléances, le temps de travail. Normalement, leur temps de travail ne peut dépasser 48h par semaine sur le papier. Mais dans les faits, les internes font bien plus d’heures. Un interne en France travaille en moyenne 55 heures par semaine, mais cela peut aller jusqu’à 100 heures par semaine pour certaines spécialités.
  • Le temps de garde

Second point, les gardes. Les internes réclament une revalorisation de leur salaire notamment lié aux gardes. Aujourd’hui l’indemnité de garde est de 120 euros brut pour 24h de travail.

C’est un travail éprouvant physiquement mais aussi mentalement nous explique July, nous avons de grosses responsabilités en plus de ça, donc nous aimerions que cette indemnité soit revalorisée.  
 

  • La loi santé de juillet 2019

Aujourd’hui, la participation des laboratoires pharmaceutiques au financement de la formation des internes est stoppée depuis la loi santé de juillet 2019. Une initiative qui réjouit les internes car elle vise à éviter tout conflit d’intérêt mais les futurs médecins déplorent le manque de compensation financière. Car sans ça, ils ne peuvent plus bénéficier de formation pratique et institutionnelle.

Par exemple, nous explique July, pour les chirurgiens, via les laboratoires ils avaient accès à du matériel, aujourd’hui ce matériel ils le découvrent en salle d’opération, sur le patient. Et bien sûre cela engendre des conséquences sur la qualité des soins, ajoute l’interne.
 

  • Big matching

Enfin, les internes dénoncent le big matching, un nouveau système d’affectation pour le choix des stages de la dernière année d’internat qui devrait être effectif pour novembre 2020. Pour le moment les internes ont que très peu d’informations sur ce système mais le dénoncent d’ores et déjà.

Avant on choisissait nos stages en fonction de notre classement, désormais ce sont les laboratoires qui vont nous classer et choisir leur stagiaires en fonction de leurs besoins, et cela sur toute l’Occitanie. Ce qui veut dire que l’on peut se retrouver à l’autre bout de la région alors qu’à bac +10 voire 11, la plupart a déjà une famille etc …


 
 

Grève illimitée ça veut dire quoi ?


Par grève illimitée, les internes veulent dire faire grève jusqu’à ce qu’ils soient entendus. Leur objectif, faire en sorte qu’il n’y ait plus aucun interne dans les services pour montrer qu’ils sont indispensables au fonctionnement de l’hôpital, nous explique July.

Aujourd’hui, plusieurs actions sont organisées dans les halls des différents CHU de la région pour informer les patients sur les conditions de travail des internes. Et ce mardi après-midi, une manifestation est organisée en centre-ville de Montpellier. Elle partira du CHU de Montpellier à 15h pour rejoindre la préfecture. 

Le reportage d'Armelle Goyon, Chloé Fabre et Sandrine Navas
 


 

Sur le même sujet

Les + Lus