• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Montpellier : les missions locales d'insertion, aide indispensable des 16-26 ans les plus démunis face à l'emploi

Séance de coaching à la mission locale d'insertion du Centre Hérault à Pézenas, mai 2019 / © Enrique Garibaldi, France 3 Occitanie
Séance de coaching à la mission locale d'insertion du Centre Hérault à Pézenas, mai 2019 / © Enrique Garibaldi, France 3 Occitanie

Plus de 600 congressistes étaient réunis à Montpellier ces 9 et 10 mai pour les rencontres nationales des missions locales d'insertion (MLI). Nées en 1983, il en existe aujourd'hui 436 en France, qui viennent en aide aux 16-26 ans déscolarisés et démunis. Exemple à Pézenas, près d'Agde (Hérault).

Par Valérie Luxey

Ces 9 et 10 mai 2019, plus de 600 congressistes sont réunis à Montpellier pour plancher sur l'avenir des missions locale d'insertion (MLI). Les premières ont vu le jour en 1983 et il en existe aujourd'hui 436 en France, devenues indispensable au suivi Ces sont des 16-26 ans sortis du système scolaire et sans solution durable. Pascaline Arisa et Enrique Garibaldi se sont rendus dans la MLI de Pézenas, près d'Agde, dans l'Hérault.
 
Montpellier : les missions locales d'insertion, aide indispensable des 16-26 ans les plus démunis
Plus de 600 congressistes étaient réunis à Montpellier ces 9 et 10 mai pour les rencontres nationales des missions locales d'insertion (MLI). Nées en 1983, il en existe aujourd'hui 436 en France, qui viennent en aide aux 16-26 ans déscolarisés et démunis. Exemple à Pézenas, près d'Agde (Hérault), avec Sandrine Vassallo, conseillère en Insertion - Mission locale d'insertion Centre Hérault, Karine Astié, directrice de la mission locale d'insertion Centre d'Hérault - Pézenas, Christophe Ange De Belairevile, 20 ans, et Marie Debref, 22 ans. - France 3 Occitanie - Pascaline Arisa, Enrique Garibaldi


Séances de coaching


La mission locale d'insertion du Centre Hérault, à Pézenas, créée en 1999, couvre un territoire de près de 65 communes. Elle propose des séances de coaching aux jeunes qui n'ont pas forcément pris le bon chemin, la bonne orientation, ou sont en rupture avec le milieu du travail. Sandrine Vassallo, conseillère en insertion, débloque des parcours parfois chaotiques :
 

Le suivi dure 12 mois : 4 semaines de collectif, puis individuel, intensif. Pour les plus démunis, on peut les voir toutes les semaines, jusqu'à ce qu'ils puissent être autonomes en termes d'emploi, de mobilité, de formation, de logement, voir de santé.


Une allocation en échange de motivation


4000 jeunes ont poussé l'an dernier la porte des 4 antennes qui quadrillent ce territoire à 73% rural, loin de toute industrie, de Bédarieux à Agde en passant par Magalas, où le taux de chômage est l'un des plus élevés de France. Ici, pas question d'assistanat : chacun des bénéficiaires perçoit 492 euros d'allocation par mois mais doit en échange être motivé, à l'image de Christophe Ange De Belairevile, 20 ans :
 

Ils nous donnent cette envie d'aller trouver des stages, et aussi notre voie, de réussir et de découvrir qui on est, si on ne sait pas quoi faire, pour avancer dans la vie.


L'an dernier, sur les 2.000 jeunes qui ont décroché un emploi en Centre Hérault, .600 ont obtenu un  CDI.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Dans ce live, un manifestant répand la fausse information qu'il ya eu deux morts

Les + Lus