Montpellier : naissance d'un calao d'Abyssinie au zoo du Lunaret

Publié le Mis à jour le
Écrit par S.Mercier

Un bébé calao d’Abyssinie est né le 1er août à Montpellier au zoo de Lunaret. L’aboutissement d’un long processus, documenté par les soigneurs du zoo, et qui participe à la préservation de cette espèce protégée.

Le nouveau-né est encore tout nu, sans plume, et complètement aveugle. Le dernier protégé du zoo de Lunaret est un petit calao d’Ayssinie, né le 1er août 2021 après 40 jours d’incubation. Une naissance événement, qui fait l’objet de toutes les attentions de la part des soigneurs. Car chez cette espèce, l’oisillon est totalement incapable de se débrouiller seul et dépend entièrement de ses parents, ou en l’occurrence, des soigneurs qui s’en occupent.

Pour protéger l’œuf et éviter qu’il ne soit brisé par accident, il est placé en couveuse. C’est là que le petit calao a lentement brisé sa coquille, sous l’objectif du chef animalier Yann Raulet, qui a posté les images de cette naissance sur la page facebook du zoo.

40 jours sous couveuse

L’éclosion de l’œuf est un processus long et laborieux, qui peut prendre plusieurs heures, voire plusieurs jours. "Ce dernier doit se positionner la tête sous l’aile droite, vers la chambre à air située du côté large de l’œuf pour commencer à marteler la coquille avec son bec. Il rompt d’abord la membrane interne de l’œuf qui lui donne accès à la chambre à air, lui fournissant ainsi sa première bouffée d’oxygène" explique Yann Raulet.
Après un temps de repos, le petit animal poursuit le bêchage de sa coquille pendant plusieurs heures afin de s’en libérer complètement.

Cinq repas par jour

Depuis sa naissance, l’oisillon qui se porte bien, prend cinq repas par jour et a déjà pris 150 grammes. Une belle victoire pour le zoo de Montpellier, car dans la nature, les naissances sont plutôt rares. La femelle ne pond que deux œufs, deux fois par an, et le premier petit est souvent privilégié au détriment du second.

Cette naissance participe donc à la conservation de l’espèce. Le calao d’Abyssinie est en effet classé comme espèce vulnérable par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Ce grand oiseau noir originaire d’Afrique centrale tient une place importante dans les rites culturels de certaines régions africaines. Ses grandes plumes sont particulièrement prisées, pour constituer des parures traditionnelles.

Une espèce vulnérable

Ce grand oiseau, qui se déplace surtout au sol et ne s’envole que pour fuir un danger, peut peser jusqu’ à 4 kilos pour une envergure d’une centaine de centimètres. Le cou du calao d'Abyssinie diffère en fonction du sexe : rouge parsemée de bleu chez le mâle et uniquement bleue chez la femelle. Carnivore, c’est un chasseur redoutable qui utilise son bec puissant pour assommer de petites proies. D’une grande longévité, un calao d’Abyssinie peut vivre jusqu’à 40 ans.