Montpellier : la police interpelle l'auteur présumé de 53 cambriolages

Publié le Mis à jour le
Écrit par FD avec afp
Montpellier - l'hôtel central de police - 7 avril 2014.
Montpellier - l'hôtel central de police - 7 avril 2014. © F3 LR F.Detranchant

La direction départementale de la sécurité publique de l'Hérault a élucidé une cinquantaine de cambriolages commis en 4 mois, dans le nord-ouest de Montpellier, en interpellant, mercredi, un toxicomane âgé de 52 ans. L'homme a reconnu les faits en garde à vue.


Les policiers, confrontés à une hausse de cambriolages dans les quartiers nord-ouest de Montpellier, regroupant une zone de sécurité prioritaire et des ensembles de petits immeubles, ont procédé à "un travail de synthèse" et recensé 53 cambriolages "depuis le 1er décembre jusqu'à maintenant" imputable à la même personne.

Ces cambriolages ont été commis avec un mode opératoire quasiment identique, un individu s'introduisait dans des appartements du rez-de-chaussée ou du premier étage par escalade, dégradait le volet et fracturait la baie vitrée", a indiqué à l'AFP la DDSP 34.


L'ADN d'un individu connu des services de police pour sa toxicomanie a été retrouvé sur quatre faits et une enquête de voisinage a également permis de "converger vers l'individu", a expliqué la DDSP.

Il a été interpellé mercredi "à sa sortie de l'hôpital où il séjournait depuis plusieurs semaines", a précisé la même source et placé en garde à vue.
L'homme "a reconnu partiellement les faits", expliquant qu'il "volait du petit matériel pour avoir sa dose".

"Il ne sait pas combien de cambriolages il a commis, il dit +je ne fais que ça, c'est mon métier+", a ajouté la DDSP.

L'homme, qui a été "reconnu responsable de ses actes" par un médecin psychiatre, a été déféré vendredi et devait être jugé en comparution immédiate.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.