Montpellier quitte la Coupe de France

Lyon, ébranlé par deux défaites consécutives en Ligue 1, s'est bien repris en Coupe de France en se qualifiant pour les quarts de finale, mercredi, à Montpellier (2-1). / © PASCAL GUYOT / AFP
Lyon, ébranlé par deux défaites consécutives en Ligue 1, s'est bien repris en Coupe de France en se qualifiant pour les quarts de finale, mercredi, à Montpellier (2-1). / © PASCAL GUYOT / AFP

Lyon, ébranlé par deux défaites consécutives en Ligue 1, s'est bien repris en Coupe de France en se qualifiant pour les quarts de finale, mercredi, à Montpellier (2-1).

Par AFP

Une affaire rondement menée pour les Gones qui ont su faire la différence en première période, Maxwel Cornet (13e) et Nabil Fékir (27e sp) répondant à Jordan Ikone (22e).

La revanche

L'équipe de Bruno Genesio a surmonté les deux échecs concédés en championnat à Bordeaux (3-1) et surtout dimanche à Monaco (3-2), qui ont freiné son élan dans la course à la Ligue des champions et l'ont rétrogradé à la 4e place. Dans une équipe remaniée, mais avec son épine dorsale conservée, l'OL a pris sa revanche sur Montpellier qui l'avait éliminé en 8e de finale de la Coupe de la Ligue mi-décembre (4-1).

En renouant avec la victoire à l'extérieur, Lyon a quelque peu éteint les doutes mais devra confirmer dimanche pour la réception de Rennes. Une semaine après son élimination en demi-finale de la Coupe de la Ligue à Monaco (2-0), Montpellier chute en Coupe de France, trophée vénéré par son ancien président Louis Nicollin, décédé en juin. Il va devoir se concentrer sur le seul championnat où il peut aspirer à une qualification européenne.

Se concentrer sur le championnat


Avec une équipe remaniée et une organisation corrigée avec Nabil Fekir en numéro 10, Lyon a très vite trouvé des espaces dans le dos de la défense du MHSC, plombée par plusieurs erreurs individuelles. Le jeune attaquant ivoirien Maxwel Cornet, repositionné en avant-centre, exploitait un parfait service de Bertrand Traoré pour tromper le gardien Benjamin Lecomte, coupable d'une erreur de jugement (13).



Un quart d'heure plus tard, l'attaquant international Nabil Fekir provoquait une faute de Pedro Mendes, bénéficiait d'un penalty, faisant écho au coup de gueule de son entraîneur Genesio et le transformait pour redonner l'avantage à son équipe. Si Fekir offrait une balle de break à Depay juste avant la pause (44), ladéfense lyonnaise avait dans le même temps laisser beaucoup de champ à l'entreprenante équipe de Der Zakarian. Outre l'égalisation de l'attaquant Jonathan Ikoné (22), elle obligeait Mouctar Diakhaby à un sauvetage (32) et Anthony Lopes à un arrêt sur un tir de Sambia (42).

En seconde période, un arrêt réflexe de Lopes sur un tir de Casimir Ninga (61) et sur une frappe de Nordi Mukiele (81) sauvait une fois encore la défense de l'OL, le signe d'une équipe encore fragile.

Michel Der Zakarian (entraîneur de Montpellier): "Si on est efficace, on doit gagner ce match.

Michel Der Zakarian (entraîneur de Montpellier): "Si on est efficace, on doit gagner ce match. Bousculer Lyon comme on l'a bousculé aujourd'hui, et ne pas gagner, c'est
rageant. Sur les deux buts lyonnais, on a fait deux cadeaux à la suite de perte de balle ou de mauvais placement. Le penalty ? Souvent les grosses équipes sont récompensées ou avantagées. Quand Paris, Marseille, Monaco ou Lyon pleurent, les arbitres sifflent les penalties pour eux. On a eu des situations, on n'a pas eu un penalty depuis le début de saison. Je ne sais pas si les déclarations (de Bruno Genesio, ndlr) ont eu un effet.

On a fait un bon match dans les intentions de jeu, l'agressivité ou le jeu dans les couloirs. Il nous a manqué seulement la précision, la justesse sur certaines nettes occasions comme le 3 contre 1 que l'on a en seconde période. Tous ces choix annihilent nos occasions. Pour gagner, il faut punir l'adversaire".

Sur le même sujet

Une start-up de Montpellier propose des locations d'appartements entre sportifs

Les + Lus