Montpellier : Régine Souche, l'ex madame "tranquillité publique", est décédée d'un cancer

13 ans au service de Montpellier. D'abord conseillère municipale sous Georges Frêche, Régine Souche a été adjointe à la sécurité publique durant la mandature d'Hélène Mandroux. Cette femme de gauche, qualifiée par ses pairs d'humaniste et clairvoyante, est décédée vendredi des suites d'un cancer. 
Régine Souche, responsable de la "tranquillité publique", en 2011 à Montpellier.
Régine Souche, responsable de la "tranquillité publique", en 2011 à Montpellier. © Dailymotion
Un décés des suites d'une longue maladie, mais les proches de Régine Souche seront privés, comme toutes les familles durant le confinement, du réconfort d'être entourés pour rendre un dernier hommage à leurs disparus. 


13 ans au service de Montpellier


Elle est entrée dans la vie politique sous Georges Frêche. Elue conseillère municipale en 2001, Régine Souche a pris de l'assurance au fil des années et des mandats et s'est retrouvée aux côtés d'Hélène Mandroux à un poste à responsabilité trop peu souvent confié aux femmes : la sécurité publique. 


Le twitt de Michaël Delafosse, qui a travaillé aux côtés de Régine Souche lorsqu'il était d’adjoint au maire de Montpellier chargé de la culture puis de l’urbanisme.  

Des dossiers sensibles pour l'adjointe à la sécurité publique

A l'époque le titre exact était adjointe à la mairie de Montpellier "pour l'Egalité des Droits & Devoirs et à la Tranquillité Publique", une nuance appréciable qui correspond mieux à la façon de gérer les problèmes de sécurité auxquels la ville de Montpellier peut être confrontée. Responsable de la police municipale au moment où la question de sa compétence par rapport à la police nationale était encore à affiner, Régine Souche a également dû se coltiner les prémices de la vidéosurveillance et des débats qu'elle engendrait, ainsi que la question, plus récurrente, de la place faite aux SDF dans la ville ou le respect des horaires et de l'interdiction de la vente d'alcool dans les épiceries de nuit. 

Le tout avec une approche qui n'oublie pas la prévention. C'était aussi le sens de sa participation au colloque "Papa, maman, le maire et moi" organisé en juin 2011 à Montpellier dans le cadre du Forum français de la sécurité urbaine. (FFSU)
 
Régine Souche s'efforçait également de ménager sécurité et liberté ... Elle l'a montré en autorisant les premiers BMX artistiquement fondus dans les murs par un artiste anonyme qui deviendra fameux dans de nombreuses villes :

" Je ne mélange pas les tags et l’art. L’art ne fait pas de mal. Pas question de les enlever" a déclaré Régine Souche à la presse en 2013.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique décès parti socialiste georges frêche sécurité société covid-19 santé