Montpellier : des stages personnalisés pour lutter contre les violences scolaires

Les services de  Police et l'Académie de Montpellier ont signé une convention commune à destination des élèves des colleges et lycées. Objectif : la responsabilisation des auteurs de violences scolaires à travers des stages. 

 

Signature d'une convention à destination des jeunes pour lutter contre les violences au sein des établissements scolaires
Signature d'une convention à destination des jeunes pour lutter contre les violences au sein des établissements scolaires © FTV

 Eviter les incivilités dans les établissements scolaires du second degré, responsabiliser certains jeunes élèves en perte de repère, tel est l'objectif de la convention de partenariat  signée ce lundi 11 janvier  entre  l'Académie de Montpellier -  la Dasen 34- et  la Direction Departementale  de la Sécurité Publique - la DDSP34-. Une convention destinée à responsabiliser collégiens et lycéens, dans une action commune entre les services.  
  
"Plutôt que de continuer à oeuvrer chacun dans son périmètre, avec les difficultés qui sont les nôtres, l'enjeu est de nous accorder. C 'est d'unir nos forces, " explique Christophe Maury, directeur académique des Services de l'Education Nationale

Nous partageons la volonté d'être sur du préventif et sur l 'accompagnement éducatif de ces jeunes

Christophe Maury, directeur académique des Services de l'Education Nationale

Des stages adaptés 

Selon une enquête de 2015, environ 700 000 élèves sont concernés par des faits de harcèlement, d’intimidation, de pressions. Le harcèlement se définit comme une violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique. Les services du Département constatent depuis 2018 une aggravation inquiétante des actes de violence dans le milieu scolaire, tant à l’encontre des personnels enseignants qu’entre élèves.

Ce nouveau  dispositif cible des jeunes élèves de 12 et 13 ans en situation d'exclusion temporaire. Des jeunes qui risquent de basculer dans la délinquance. Pour les remettre dans un cadre plus légal, un stage individualisé de 3 jours leur sera proposé. Ce stage sera encadré par les policiers du centre de loisirs de la Mosson de Montpellier.

" En fonction  de la faute qui aura été commise, de la personnalité de l'élève, nous confierons cet élève à différents services afin qu'il soit pris en compte et qu'il puisse réaliser une mission de 3 jours dans l'intérêt général, " explique Yannick Blouin, directeur Départemental de la Sécurité Publique de l'Hérault.

Les élèves pourront être en stage soit avec les pompiers du SDIS, soit avec les services de bus de la TAM, soit avec le Samu social pour un accompagnement civique.

Yannick Blouin, directeur Départemental de la Sécurité Publique de l'Hérault

Cette nouvelle action de prévention devrait s'étendre sur les communes de Montpellier, Lattes et Peyrols. Une mère de famille réferente et un agent sportif de haut niveau ont été embauché pour soutenir cette mission. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société justice