• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Montpellier : le violeur du centre-ville condamné à 12 ans de réclusion criminelle

© France 3 LR
© France 3 LR

Le verdict est tombé ce jeudi 28 février en fin de journée. Le violeur en série du centre-ville de Montpellier, Lahcen Agrob a été condamné à 12 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de l’Hérault pour avoir violé et agressé sexuellement plusieurs femmes en 2015.

Par Joane Mériot

Lahcen Agrob, un marocain âgé de 26 ans, a été condamné ce jeudi par la cour d'assises de l'Hérault à 12 ans de réclusion criminelle, assortie de cinq ans de suivi socio judiciaire, et d’une peine de cinq ans de prison supplémentaires s’il ne respecte pas son obligation de soin, pour une série d'agressions sexuelles et deux viols commis à l'été 2015.

En revanche, aucune peine d’interdiction du territoire n’a été prononcée à l’encontre de cet homme, alors que l’avocat général l’avait demandée.

Risque de récidive

Les psychiatres ont opposé deux diagnostics différents mais sont arrivés à la même conclusion : une alteration du discernement et du contrôle de ses actes, et les deux psychiatres ont souligné le risque élevé de récidive et la dangerosité de l'homme dont les perspectives d'améliorations semblent limitées du fait de ses faibles moyens intellectuels


Deux viols et cinq agressions


Il était jugé depuis le début de la semaine par la cour d’assises de l’Hérault pour avoir commis à l’été 2015 deux viols et cinq agressions sexuelles dans le centre-ville de Montpellier. Une série d’agressions perpétrées en un mois et demi à peine.
 


L’homme agissait la nuit dans le centre-ville de Montpellier, et suivait ses victimes.
L’une d’entre elle a été violée dans les sous-sols du Polygone, une autre, mordue à la cuisse et jetée dans les buissons près de l'arrêt Saint Eloi. D’autres ont réussi à s’enfuir après avoir crié.

Il avait été identifié grâce aux caméras de vidéosurveillance et aux témoignages des vigiles des établissements de nuit. 

Il avait été arrêté à sa descente d'avion de retour du Maroc en 2016.
 

Sur le même sujet

Lozère : 600 pilotes pour le Trèfle lozérien entre Causses, Gorges du Tarn et Aubrac

Les + Lus