Mosquée à Montpellier : face au tollé, la venue de Tariq Ramadan annulée

L’islamologue Tariq Ramadan, mis en examen pour viol, avait été invité pour une conférence le 28 décembre par l'association de la mosquée Aïcha de Montpellier. Face à une levée de bouclier sur les réseaux sociaux et l'interrogation du maire Philippe Saurel, cette venue est finalement annulée.
 

L'islamologue contreversé Tariq Ramadan invité le 28 décembre par la mosquée Aïcha de Montpellier
L'islamologue contreversé Tariq Ramadan invité le 28 décembre par la mosquée Aïcha de Montpellier © EPA
C’est un tweet du journaliste Ian Hamel, correspondant de l’hebdomadaire Le Point en Suisse, qui a révélé la chose sur les réseaux sociaux :
 

Pour Ian Hamel, auteur de "La vérité sur Tariq Ramadan : Sa famille, ses réseaux, sa stratégie" et de "Tariq Ramadan. Histoire d'une imposture", à paraître le 8 janvier prochain chez Flammarion :

Ce qui me frappe, c'est que c'est la seule mosquée de France à accueillir Tariq Ramadan. Alors que les représentants du culte en France ont désavoué celui-ci. Et c'est que l'une des accusatrices de Ramadan, Christelle, habite près de Montpellier. C'est quelque part de la provocation. 

Un islamologue très controversé

Thème de la conférence annoncé sur les affiches placardées dans le quartier et sur la page de l'association de la mosquée : « Le sens des épreuves personnelles et collectives ».

Epreuves que connait Tariq Ramadan. Suite aux plaintes de plusieurs femmes en 2017, celui-ci a été mis en examen pour viol et viol sur personne vulnérable, puis placé en détention provisoire. Aujourd’hui il est en liberté conditionnelle.

A l’origine de l’invitation, l’imam Mohamed Khattabi, le "père et l'esprit" comme il se présente de l'association de la mosquée Aïcha.
 
L'imam Khattabi à la cité judiciaire de Montpellier - avril 2016.
L'imam Khattabi à la cité judiciaire de Montpellier - avril 2016. © France 3 LR

Ce dernier s’était distingué en 2018 avec plusieurs prêches et vidéos de soutien à Tariq Ramadan, dénonçant le lynchage médiatique dont l’islamologue aurait fait l’objet. Concernant cette invitation :

Le nom de Ramadan crée des remous certes. On n'a rien à gagner dans cette invitation.
Mais comme il sort d'une année difficile avec emprisonnement notamment, nous voulons savoir ce que ces épreuves ont changé pour lui, dans son comportement, sa façon de penser, de voir la religion et de la pratiquer aussi. Ça doit reformater l'esprit.

Pour le maire de Montpellier, un possible "désordre public"

Devant l'ensemble de ces réactions officielles ou sur les réseaux sociaux à la venue de Tariq Ramadan, l'imam Mohamed Khattabi et l'association Aïcha ont finalement renoncé à cette invitation par un communiqué officiel sur les réseaux sociaux :
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société polémique femmes religion violence faits divers
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter