Grève des profs dans un collège de Montpellier : "il y a eu de nombreux arrêts maladies et une tentative de suicide"

Certains professeurs du collège des Escholiers, dans le quartier de la Mosson à Montpellier, sont en grève deux jours à peine après la rentrée. Ils dénoncent un conflit avec la direction et la souffrance de plusieurs enseignants. 

Au collège des Escholiers dans le quartier de la Mosson à Montpellier, les professeurs appellent à l'aide, ils dénoncent leurs conditions de travail - septembre 2020
Au collège des Escholiers dans le quartier de la Mosson à Montpellier, les professeurs appellent à l'aide, ils dénoncent leurs conditions de travail - septembre 2020 © FTV / J.Paul

Tentative de suicide

Pas de cours au collège des Escholiers dans le quartier de La Mosson à Montpellier. Le personnel enseignant est en grève depuis ce jeudi pour dénoncer les conditions de travail au sein de l'établissement. Ils parlent d’un climat scolaire qui se dégrade depuis deux ans avec la direction : "Certains de nos collègues font état d'une pression hiérarchique, il y a énormément de souffrance au travail... L’an dernier il y a eu de nombreux arrêts maladies et surtout une situation regrettable, la tentative de suicide d’une de nos collègues... Nous en sommes venus à l’extrémité de faire grève, c’est regrettable car ce sont les élèves qui sont sanctionnés", déplore Medrik Bagagli, professeur d'Anglais. Et ce n'est pas la première grève dans cet établissement.

Pour certains enseignants ce mouvement de contestation est un véritable crève-cœur, deux jours seulement après la rentrée :
 

Je suis triste de devoir commencer l’année comme ça, ça me pèse énormément, mais quand j’entends qu’il y a des gens qui souffrent au travail ce n’est pas possible.

Nadia Debeuré, professeur de Français


Des enfants pris en otage


Du côté des parents d’élèves, la colère monte également. Ils estiment que leurs enfants sont pris en otage dans ce conflit. Deux jours à peine après la rentrée, les professeurs sont en grève et leurs cours annulés. C'est trop pour les parents : "Ça touche le savoir de nos enfants, ça touche pas mal de choses, nous avons été informés hier soir avec un papier", confie Mohamed El Azraq, le président d'une association de parents d'élèves.

Pour d’autres, la situation est inacceptable car les enfants ont besoin de rattraper le retard cumulé pendant le confinement.

Ca fait six mois que nos enfants ne vont pas à l’école. Et là, deux jours après la rentrée, les professeurs se mettent en grève. Vous croyez que l’intérêt de nos enfants il est là ? Je ne crois pas moi. Au lieu d’essayer de renforcer, de rattraper le retard on se met en grève, il faut arrêter.

Fatima Bouhera, représentante des parents d'élèves



Les enseignants ont été reçus ce jeudi matin mais ils estiment que leurs revendications n’ont pas été entendues par le rectorat. Ils ont donc décidé de reconduire la grève ce vendredi matin.
Le principal du collège n’a lui pas souhaité répondre à nos questions.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève économie social éducation société emploi solidarité déconfinement rentrée scolaire