A Montpellier, la police du quotidien fait son retour dans les quartiers

La Mosson à Montpellier fait partie des 15 "quartiers de reconquête républicaine". 21 policiers supplémentaires sont affectés depuis début septembre dans ce quartier de près de 30 000 habitants pour augmenter la présence des forces de l'ordre mais aussi tisser des liens avec les habitants du quartier. 19/09/2018 / © F3 LR
La Mosson à Montpellier fait partie des 15 "quartiers de reconquête républicaine". 21 policiers supplémentaires sont affectés depuis début septembre dans ce quartier de près de 30 000 habitants pour augmenter la présence des forces de l'ordre mais aussi tisser des liens avec les habitants du quartier. 19/09/2018 / © F3 LR

Ce dispositif, baptisé "quartier de reconquête républicaine", rappelle la police de proximité supprimée par Nicolas Sarkozy en 2003. Objectif : réintroduire des patrouilles de police au quotidien. La Mosson à Montpellier fait partie des 15 quartiers concernés en France depuis début septembre.

Par C.ALAZET avec O.BRACHARD


On l'appelle communément police du quotidien. Le nom officiel du dispositif est plus pompeux : "quartier de reconquête républicaine" mais il ressemble fortement à la police de proximité mise en place par la gauche et supprimée par Nicolas Sarkozy en 2003 par mesure d'économie. 
 
La Mosson (ex-Paillade) fait partie des 15 quartiers retenus en France pour son déploiement. Avec un double objectif de prévention et de répression.
Ici, quartier du grand Mail à la Mosson, les policiers sont sur leurs gardes. Ils se font caillasser régulièrement lorsqu'ils patrouillent ou interviennent.
 

Forcément, on a des endroits, notamment là où il a d'importants trafics de stupéfiants, où notre présence crée tout de suite des tensions.
 

Concrètement, 21 policiers supplémentaires sont affectés depuis le début du mois de septembre dans ce quartier de près de 30 000 habitants.

Pour réintroduire les policiers dans des zones de non droit. Il s'agit donc d'augmenter la présence des forces de l'ordre mais aussi de tisser des liens avec les habitants.

Les contrôles d'identité ne sont bien-sûr pas du goût de tout le monde mais certains habitants se disent ouvertement rassurés par la présence en nombre des forces de l'ordre.

Depuis près d'un an, l'association PACIM organise des rencontres entre policiers et habitants du quartier. 

Pour Catherine Barrière, anthropologue et fondatrice de l'association, son but est de permettre aux policiers et aux habitants de dialoguer, plutôt que de se regarder en chiens de faïence.
 

Il s'agit de répondre ensemble aux problèmes du quotidien. C'est plus dans un esprit de co-construction, de collaboration, et pas uniquement dans l'idée de mieux apprécier la police.

Nos confrères de France Bleu Hérault ont suivi l'un de ses ateliers de rencontres police-habitants mercredi 19 septembre.

Fin 2020,  60 quartiers en France devraient être concernés par ce dispositif de reconquête républicaine.

Reportage d'Olivier Brachard et Juliette Mörch :
A Montpellier, 21 policiers supplémentaires patrouillent quartier Mosson
La Mosson à Montpellier fait partie des 15 "quartiers de reconquête républicaine. Objectif de ces patrouilles de police du quotidien : accroitre la présence des forces de l'ordre mais aussi tisser des liens avec les habitants du quartier. Reportage d'Olivier Brachard et Juliette Mörch - F3 LR

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Marquixanes (66) : un éboulement de terrain inquiète les riverains

Les + Lus