Près de Montpellier : pour protéger un chêne centenaire, des riverains bloquent le passage des engins de chantier

A Castelnau-le-Lez, des riverains de la rue Salaison se mobilisent pour protéger un chêne centenaire, ainsi que la tranquillité de leur voisin handicapé. Ce vendredi matin, ils se sont opposés physiquement au passage d'un camion et sont parvenus à lui faire faire demi-tour.

Face à l'opposition des riverains de la rue Salaison, le camion a fini par faire demi-tour.
Face à l'opposition des riverains de la rue Salaison, le camion a fini par faire demi-tour. © Luc Jennepin

Depuis plusieurs mois, des habitants de Castelnau-le-Lez se mobilisent pour demander l'interdiction du passage d'engins de plus de 3,5 tonnes dans la rue Salaison, notamment pour protéger l'intégrité d'un chêne centenaire.

Selon le collectif, "des camions de 33 tonnes ont tenté de passer en force" le jeudi 4 mars. Le lendemain, un nouveau camion se présente dans la rue en terre battue. Il se trouve face à un groupe d'habitants qui lui barre la route. 

Le rassemblement a été déclaré en préfecture et est encadré par la gendarmerie. Le camion finit par faire demi-tour et emprunte une autre voie pour atteindre le chantier. Selon les militants, "la discussion s'est déroulée dans le calme".

"Nous n'avons rien contre le projet immobilier en lui-même"

Dans une carrière située en contrebas de la rue Salaison, un chantier est en cours. Il s'agit d'un projet immobilier de 29 logements, porté par "Les Nouveaux Constructeurs" dont le permis de construire a été délivré en 2014. Les habitants soulignent qu'ils ne s'opposent pas à la construction des logements eux-mêmes, mais aux aménagements de voirie qu'elle suppose.

La rue Salaison deviendrait une rue plus passante, avec deux voies sans trottoir. Cette transformation pose deux problèmes majeurs aux riverains

Elle risquerait d'abord d'endommager le chêne vert de 150 ans qui trône au 357 rue de Salaison. Celui-ci a été récemment reconnu "arbre remarquable" par l'association A.R.B.R.E.S.

Mais ce changement de voirie perturberait également la tranquillité d'un habitant en fauteuil roulant. 

Mon oncle ne pourrait plus sortir de chez lui sans craindre d'être bousculé par une voiture.

Christophe Menichetti, riverain mobilisé contre la bétonisation de la rue Salaison.

"On nous dit que ce sera une "zone de rencontre" à 20 km/h, mais  ça reste dangereux !", poursuit son neveu Christophe Menichetti. Les riverains espèrent que "le dialogue avec le promoteur, la municipalité et la métropole restera ouvert", mais ils se préparent à ce que d'autres engins tentent de passer par la rue Salaison pour rejoindre le chantier dans les jours à venir.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement nature mouvement social handicap société manifestation social