Prix de l'innovation pour Pl@ntNet, l'application créée par des chercheurs de Montpellier pour reconnaître les plantes

Comment s’appelle cette plante ? Depuis quelques années, grâce aux travaux de chercheurs montpelliérains, votre téléphone peut vous donner la réponse via l’application Pl@ntNet. Une innovation technologique récompensée par le prix Inria, décerné par l’Académie des sciences.
 
Pl@ntNet, l'appli montpelliéraine qui permet d'identifier les plantes et les fleurs sauvages, récompensée par l'Académie des sciences
Pl@ntNet, l'appli montpelliéraine qui permet d'identifier les plantes et les fleurs sauvages, récompensée par l'Académie des sciences © I.Bris
Pl@ntNet, c’est un outil numérique qui permet d'identifier une plante à partir de photos : l’utilisateur prend un cliché de la plante ou la fleur qui l’intéresse et l’envoie dans l’application téléchargée sur son portable : la réponse est désormais immédiate.
Développée à partir de 2009 à Montpellier par le Cirad, l’INRA, l’Inria, et l’IRD, en  collaboration avec l'association Tela Botanica et soutenu par Agropolis Fondation, cette application a été lancée en 2013.

Son but : permettre d’identifier des dizaines de milliers de plantes partout dans le monde.

Le succès d’une application participative

Trois ans après son lancement, en  2016, cet outil dédié à la reconnaissance des plantes sauvages avait déjà été téléchargé plus de 2 millions de fois sur smartphone !

Un an plus tard, en 2017, l'application avait été téléchargée  dans plus de 170 pays, son  jeu de données comportait plus de 545 000 images concernant environ 11 000 espèces.

Ce succès populaire s’explique par sa gratuité mais aussi par l’ouverture de l’application à tous : inutile d’être un botaniste professionnel pour y participer, chacun peut contribuer au site en envoyant ses  propres photos de plantes identifiées.

De nombreux amoureux des plantes se sont pris au jeu, dans l’Hérault comme dans le monde entier. Au fil des ans, le lot d’images s’est enrichi et l’algorithme de reconnaissance des plantes s’est amélioré.
 
Quel est le nom de cette fleur ? La réponse est dans votre mémoire ou sur Pl@ntNet, une application de reconnaissance des plantes créée par des chercheurs de Montpellier. 30 000 espèces y sont répertoriées !
Quel est le nom de cette fleur ? La réponse est dans votre mémoire ou sur Pl@ntNet, une application de reconnaissance des plantes créée par des chercheurs de Montpellier. 30 000 espèces y sont répertoriées ! © I.Bris

Récompensée par l’Académie des sciences pour ses 10 ans

Pour ses 10 bougies, la plate-forme collaborative s’est vu décerner un joli cade au : le prix de l’innovation Inria – Académie des sciences – Dassault Systèmes qui récompenses les innovations et les avancées majeures des sciences et technologies du numérique.

 

Pl@ntNet est sans aucun doute une des innovations technologiques les plus importantes de ces dernières années.

Inria-Académie des sciences



« Elle est le fruit d’un cheminement scientifique hors-norme, à la croisée des sciences du numérique, des sciences du vivant et des sciences citoyennes » peut-on lire sur le site de l’Inria-Académie des sciences.

Selon le site, de nos jours, plus de dix millions de personnes l’utilisent partout dans le monde dont des centaines de milliers d’agriculteurs et de gestionnaires d’espaces naturels.

20 000 euros pour 6 chercheurs lauréats

Alexis Joly, directeur de recherche Inria Sophia Antipolis Méditerranée et membre de l'équipe de l’Université Montpellier/CNRS, est ravi :
 

Ce prix fait partie des plus prestigieux en France ! C‘est une belle récompense après 10 ans de travail.

Alexis Joly, directeur de recherche Inria


Mais ce qui compte le plus pour ce chercheur qui fait partir des six lauréats qui se partagent ce prix de l'innovation, c’est le fait que cette application participe à l’éducation à l’environnement, d’abord parce qu’elle est utilisée par un grand nombre d’enseignants en classe et lors de sorties nature avec leurs élèves, mais aussi et surtout parce qu’elle permet de lutter contre les produits phytosanitaires :

"Elle est utile en agro-écologie : quand on identifie un auxiliaire de cultures, une plante bénéfique à la croissance ou à la protection des cultures, les pratiques évoluent ".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nature environnement innovation économie internet recherche culture sciences