Procès de Mohamed Haouas pour violences conjugales : un an de prison ferme, sans maintien en détention

Le rugbymen Mohamed Haouas était jugé en comparution immédiate ce mardi, à Montpellier pour violences conjugales. Le pilier du MHR et du XV de France a été condamné à un an ferme mais sans rester en prison. La procureure avait requis 18 mois ferme d'emprisonnement, avec maintien en détention.

Mohamed Haouas, 29 ans, marié et père de deux enfants, a été interpellé vendredi en fin d'après-midi après avoir frappé son épouse devant le centre commercial du centre ville de Montpellier où elle travaille.

Placé depuis lors en garde à vue, le joueur international est passé ce mardi après-midi en comparution immédiate. Le ministère public avait requis deux ans de prison dont un an avec sursis probatoire et obligation de soins. Sans oublier la révocation d'un sursis simple de 18 mois en 6 mois pour des faits de violences, jugés en février 2022 pour des faits 10 ans plus tôt.

Au total, la procueure a demandé 18 mois ferme d'emprisonnement avec maintien en détention "pour protéger madame."

Finalement, vers 16 h 30, le tribunal correctionnel de Montpellier a décidé de ne pas suivre la procureure et a condamné le pilier du MHR et du XV de France à un an de prison ferme, mais sans maintien en détention.

Quant à la demande de retrait de l'autorité parentale, le tribunal a tranché par un non lieu.

Mohamed Haouas, qui en outre a interdiction de porter une arme pendant 5 ans, a donc pu quitter le tribunal libre. Sa peine pourra être aménagée.

"Je me suis fait un film"

Devant le tribunal correctionnel de Montpellier, le joueur de rugby a expliqué s'être "fait un film", vendredi en fin d'après-midi, après qu'il l'a vue fumer une cigarette devant le centre commercial où elle travaille:

"Elle a le droit de fumer, mais le problème c'est qu'elle m'a menti, et je me suis dit que si elle peut mentir pour la cigarette, elle peut mentir pour autre chose; J'ai imaginé des choses, des gars mariés trompent leur femme, moi je l'aime, j'ai eu peur".

.Quant aux coups portés, ce ne serait qu'"un petit croche-pied", pour la faire tomber puis "une petite gifle, comme ça; C'était plus fort que moi", a-t-il expliqué à la procureure, assurant que "jamais de la vie" il ne recommencerait.

 "L'égérie d'aucune cause" 

Lotrs de son témoignage à la bare, son épouse a expliqué avoir été "choquée": "C'est la première fois que Mohamed porte la main sur moi. Et si son époux n'aime pas qu'elle fume, "c'est parce qu'il a été traumatisé par un ami qui a eu un cancer". a-t-elle déclaré.

"Je vais en vacances avec des copines, je sors quand je veux", a-t-elle insisté selon l'AFP, affirmant que son époux ne lui interdit rien et que pour n'importe quelle décision, il lui demande son avis.

La jeune femme a assuré qu'elle ne voulait pas porter plainte et veut continuer à vivre avec lui.

Un avenir sportif incertain

Le colosse montpelliérain (1,85 m pour 123 kg ) avait signé un contrat de trois ans avec l'AS Clermont.

Sélectionné à 16 reprises sous le maillot de l'équipe de France, il pourrait voir sa carrière s'arrêter à cause de cette condamnation à de la prison ferme.

Exclu contre l'Ecosse en février, lors du tournoi des Six Nations, après un premier carton rouge reçu contre cette même équipe en 2020, Mohamed Haouas était sur la sellette.

Ce troisième procès pourrait sceller son sort sportif. Le joueur du MHR avait déjà été condamné en février 2022, à 18 mois de prison avec sursis, pour des cambriolages de bureaux de tabac à Montpellier, en 2014.

Le 12 mai, lors d'un second procès, pour sa participation à une violente bagarre le 1er janvier 2014, le parquet avait requis une peine de deux ans avec sursis.

Le délibéré, dans cette affaire là, est attendu le 30 juin.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité