Après avoir été reporté trois fois, le procès de Mohamed Haouas, pilier du Montpellier Rugby Hérault et du XV de France, s'est tenu aujourd'hui. Il était jugé pour sa participation présumée à des cambriolages de bureaux de tabac en 2014. Le tribunal l'a condamné à 18 mois de prion avec sursis et à 10 000 euros d'amende.

Après une courte délibération, le tribunal a tranché, Mohamed Haouas est reconnu coupable de tous les faits qui lui sont reprochés. Il est condamné à une peine de prison avec sursis de 18 mois ainsi qu'à une amende de 10.000 euros. Une peine conforme avec les réquisitions du procureur de la République. Invité à s'exprimer sur les faits pendant l'audience, le joueur a préféré laisser la parole à son avocat.

Depuis ses débuts en tant que professionnel, Mohamed Haouas traine ses ennuis judiciaires comme un boulet. Après de multiples reports, son procès va enfin se tenir. Mohamed Haouas est jugé ce vendredi 4 février 2022 pour des cambriolages commis en 2014, à Montpellier et dans ses environs. Le joueur est arrivé tôt ce matin au tribunal en compagnie de Jean-Marc Gallix, son avocat, comme on peut le voir sur un tweet de nos confrères de La Gazette de Montpellier.

A l'époque des faits, Moahmed Haouas est encore un jeune rugbyman. Il a 20 ans et est un espoir du MHR. Né au Petit-Bard, un quartier populaire de Montpellier, longtemps connu pour la vétusté de ses immeubles, Mohamed Haouas a découvert le rugby relativement sur le tard, à travers Hérault sport, l'antenne du conseil départemental qui promeut le sport dans les quartiers populaires. En 2015, il obtient la médaille de bronze avec l'équipe de France militaire lors de la coupe du monde.

Cinq cambriolages, Mohamed Haouas en reconnait un

En 2014, il est interpellé, suite à une série de cinq cambriolages commis dans des bureaux de tabac de l'agglomération de Montpellier entre le 14 février et le 27 avril de cette année-là. Des délits commis en bande par des hommes cagoulés, et gantés.

Mohamed Haouas reconnaît alors sa participation au dernier cambriolage, celui du 27 avril. Une Clio avait tenté de se soustraire à un contrôle de police. Le butin d'un fric-frac avait été retrouvé dans le véhicule, ainsi que les empreintes du rugbyman. Par ailleurs, son ADN avait été retrouvé sur une lampe frontale utilisée dans un autre casse.

Si Mohamed Haouas reconnaît sa participation le 27 avril 2014, il a toujours nié avoir participé aux autres cambriolages. Suite à ces aveux, le joueur passe quatre jours en maison d'arrêt puis est soumis à un contrôle judiciaire rigoureux pendant cinq ans, mais plus lâche depuis.

"Le quartier, pour s'en sortir, il faut en partir, si tu restes, c'est un cercle vicieux et ça fait dix ans que j'en suis parti."

Mohamed Haouas, pilier du MHR

Interview au Midi Libre du 4 février 2022

A nos confrères de Midi Libre, le pilier du MHR a confié son état d'esprit, huit ans après les faits qui lui sont reprochés : "C'est une histoire d'il y a huit ou neuf ans, je ne me souviens pas de tout, beaucoup de choses se sont passées, j'ai fait ma vie, je suis marié, j'ai des enfants, je travaille, je fais tout pour aider les gens.." Rappelant aussi le contexte dans le quel il a grandi : "Le quartier, pour s'en sortir, il faut en partir, si tu restes, c'est un cercle vicieux et ca fait dix ans que j'en suis parti."

Un procès qui a déjà des conséquences sportives pour le joueur, puisqu'il n'a pas été retenu par le sélectionneur Fabien Galthié, pour le premier match du Tournoi des Six Nations 2022 contre l'Italie ce dimanche 6 février.