Procès Pastor : 30 ans de prison requis contre le coach montpelliérain Pascal Dauriac

Pascal Dauriac le 2 février 2015 lors de son arrivée à la cour de justice de Marseille pour une confrontation. / © BORIS HORVAT / AFP
Pascal Dauriac le 2 février 2015 lors de son arrivée à la cour de justice de Marseille pour une confrontation. / © BORIS HORVAT / AFP

Le 6 mai 2014 à Nice, la milliardaire monégasque Hélène Pastor et son chauffeur sont victimes d'un guet-apens, commandité par le gendre Wojciech Janoswki. Le double-assassinat a été organisé par un Montpelliérain, Pascal Dauriac. 30 ans de prison ont été requis contre lui, vendredi 12 octobre.

Par RD avec AFP

30 ans de prison : c’est la peine qui a été requise vendredi 12 octobre contre le Montpelliérain Pascal Dauriac, le coach sportif de Wojciech Janoswki, contre qui la réclusion criminelle à perpétuité a été requise. Les deux hommes sont jugés par la cour d’assises des Bouches-du-Rhône depuis le 17 septembre, pour l’assassinat de la richissime héritière monégasque Hélène Pastor, belle-mère de Wojciech Janoswki, et de son chauffeur.

Pascal Dauriac avait passé des aveux "rapides et complets", qui ont été décisifs pour l'enquête. Celui qui a été le coach de la famille pendant treize ans a reconnu être coupable de l'organisation du double assassinat, le 6 mai 2014 à Nice. Il aurait notamment recruté les deux hommes qui ont tué la milliardaire et son chauffeur.
 


"Soif de reconnaissance"


Wojciech Janowski est lui accusé d’avoir été l’instigateur de toute l’affaire. Selon l'accusation, l'ex-compagnon de Sylvia, la fille d'Hélène Pastor, a décidé de faire tuer cette dernière pour "l'argent", et "par soif de reconnaissance" dans la société monégasque. "Janowski a crevé le plafond de l'indélicatesse en payant des tueurs à gage à sa solde avec l'argent de sa compagne", argent qu'elle tenait elle-même de sa mère assassinée. "C'est une ignominie", a scandé l'avocat général Pierre Cortès au terme de huit heures de réquisitions.

Quant au chauffeur Mohamed Darwich, un "employé honnête, consciencieux et dévoué", il n'était pour Janowski "qu'un pion mal placé", un témoin gênant qu'il convenait d'éliminer.

Deux autres peines de réclusion criminelle à perpétuité ont été réclamées, à l'encontre des exécutants du double assassinat, le tireur Samine Saïd Ahmed et celui qui l'a accompagné et assisté, prenant en charge une partie de l'organisation, Al Haïr Hamadi.
           
Le procès doit se poursuivre, avec les plaidoiries de la défense, jusqu'au 19 octobre.

 

Sur le même sujet

Le Gard au secours de l'Aude

Les + Lus

Les + Partagés