Ce mardi matin à Montpellier se tient le procès en appel des squatteurs qui occupent le cinéma désaffecté depuis neuf mois.
La justice avait donné raison aux squatteurs en première instance, les propriétaires avaient alors engagé une procédure d’expulsion.

Les propriétaires du cinéma le Royal à Montpellier squattés par des étudiants et des travailleurs sociaux ont lancé une procédure d'expulsion.

L'été dernier en première instance le tribunal a donné raison aux squatteurs en estimant qu'il n'y avait pas d'urgence à les faire partir. Ce mardi matin se tient le procès en appel à Montpellier.


Le reportage de Florent Hertmann et Bruno Pansiot-Villon

Ce mardi matin à Montpellier se tient le procès en appel des squatteurs qui occupent le cinéma désaffecté depuis neuf mois. La justice avait donné raison aux squatteurs en première instance, les propriétaires avaient alors engagé une procédure d’expulsion. ©France 3 LR





Depuis un peu plus de deux ans le cinéma le Royal, rue Boussairolles, proche de la place de la comédie à Montpellier est fermé.

Depuis neuf mois environ, une vingtaine d’étudiants et de travailleurs sociaux ont investis le bâtiment et en ont fait un lieu de culture alternatif.

Des concerts, des projections de films, des conférences sont organisés au sein de l’ancien cinéma.



Le collectif "Royal occupé" refuse de partir. Il souhaite continuer à faire vivre ce lieu emblématique de Montpellier. la Cour d’Appel examinait ce matin le recours des propriétaires qui veulent le vendre à un promoteur, verdict le 30 mars prochain. 

 

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité