Sécheresse : la majeure partie de l'Hérault reste en crise et alerte renforcée, l'eau continue de manquer

Plusieurs secteurs de l'Hérault restent classés au niveau crise et alerte renforcée, annonce la préfecture de l'Hérault. Le niveau des nappes phréatiques reste bas.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

"Les niveaux des nappes souterraines sont bas et très largement inférieurs aux normales localement", avertit le préfet de l'Hérault. Les pluies qui sont tombées sur le département du 9 au 12 février ont permis d’améliorer "temporairement" le niveau des cours d’eau, mais n'ont pas rempli durablement les nappes en sous-sol.

Crise et alerte renforcée

Le comité de suivi de la ressource en eau se réunit chaque mois. Suite au point du 20 février 2024, il a été décidé de maintenir en crise et en alerte renforcée "sécheresse" plusieurs bassins-versants du département.

Dans le détail, les bassins-versants de l’Orb aval et de l’Aude aval Berre et Rieu sont toujours en crise (rouge). Les bassins-versants du Lez-Mosson, de l’Héraut aval, de l’axe Orb soutenu, de l’Orb amont, du Jaur, de la nappe astienne et de la Cesse restent en alerte renforcée (orange). Les bassins-versants de l’Or, de l’Hérault amont et de la Lergue sont, eux, maintenus en alerte.

La situation s'améliore, en revanche, pour le bassin-versant de l'Argent double Ognon qui passe en "vigilance". Niveau qui comporte déjà la nappe des Molasses de Castries et du canal du Midi. Il n'y a plus aucunes restrictions concernant les bassins-versants du Vidourle, de l’Agout, du Thoré amont et de l’axe Lez soutenu.

Des restricitons en février

Pour surmonter le manque d'eau en période de sécheresse, "les préfets sont amenés à prendre des mesures exceptionnelles de limitation ou de suspension des usages de la ressource". L'arrêté préfectoral du 29 février 2024 autorise aussi les maires à prendre des mesures de restriction spécifiques s'ils le jugent nécessaire.

Pour connaître précisément les mesures de restrictions de l'usage de l'eau qui s'appliquent dans une commune, vous pouvez faire une recherche sur RestrEau en cliquant ici.