Tir de flash-ball : non-lieu dans l’affaire "Casti", l’avocat du supporter fait appel

En septembre 2012, Florent Castineira perdait un oeil après un tir de flashball en marge d'un match de foot entre Montpellier et Saint-Etienne. La justice a rendu un non-lieu, estimant que les policiers étaient en situation de légitime défense.

Le juge d’instruction en charge de l’affaire "Casti", du nom de ce supporter du MHSC blessé à l’œil par un tir de flash-ball en 2012, a décidé de rendre un non-lieu, selon une information de France Bleu Hérault.

Le 21 septembre 2012, Florent Castineira, supporter de 21 ans, perdait l’usage de son œil droit en marge d’un match de foot à la Mosson.

Selon la justice, le policier de la BAC (brigade anti-criminalité) qui a tiré a agi en état de légitime défense. Car les forces de l’ordre étaient alors elles-mêmes victimes de violences de la part de supporters.

"Déni de justice"


L’avocat de Florent Casti, maître Michael Corbier, qui a essayé de prouver pendant cinq ans que le tir de flash-ball avait eu lieu avant les échauffourées entre supporters, a d’ores et déjà fait savoir qu’il ferait appel :

"Florent Casti est aujourd'hui victime d'un déni de justice qui l'affecte au plus profond de son être, car il a perdu un œil. Plutôt que de reconnaître qu'il s'agit d'une bavure, on se réfugie derrière des prétextes juridiques qui ne sont pas le reflet de la réalité", accuse-t-il.