Trois immeubles d'architectes pour faire face à l'augmentation de la population à Castelnau-le-Lèz, près de Montpellier, mais qui ne font pas l'unanimité

Trois immeubles d'habitations de neuf étages : les Signatures. C'est une partie du plan local d'urbanisme présenté lors de la réunion publique qui avait lieu, lundi 3 avril, à Castelnau-le-Lez. Le projet soulève des inquiétudes et des désaccords chez les habitants et au sein de l'opposition.

Alors que Montpellier a dévoilé mi-mars ses quatre prochaines Folies architecturales, le plan local d'urbanisme de la municipalité de Castelnau-le-Lez s'inscrit dans la même dynamique. Face à une population exponentielle, la commune veut marquer son paysage urbain.

Trois Signatures architecturales

Ce n'est pas un, ni deux mais bien trois immeubles de neuf étages qui devraient transformer l'avenue de l'Europe à Castelnau-le-Lez.

Ces trois projets d'immeubles d'habitation, appelés "les Signatures" émergent respectivement du travail de Jean-Michel Wilmotte, Yves Simon architecte du cabinet ZUO et le cabinet Caremoli-Miramond.

Le maire de Castelnau-le-Lez, Frédéric Lafforgue se réjouit de cette proposition qui réaffirme l'identité de la commune.

Sur le papier, c'est 3000 logements qui auraient dû être faits sur l'avenue de l'Europe, aujourd'hui on divise par deux le nombre de logements qu'il y aura. Cela veut dire de la circulation en moins, d'autant qu'il y aura plus de moyens de mobilité supplémentaires.

Frédéric Lafforgue - maire de Castelnau-le-Lez

"Une opération de bétonisation"

Ce lundi 3 avril, une réunion publique avait lieu afin de présenter ce plan d'urbanisme aux Castelnauviens qui se sont montrés quelque peu réticents, soutenus par l'opposition qui monte au créneau contre la construction de ces trois immeubles d'exception.

En effet, si l’opposition municipale a soutenu la majorité sur la nécessité de transformer la ville qui compte près de 25000 habitants aujourd’hui, elle affirme ne pas avoir voté ce projet et dénonce une absence totale de vision globale de l'urbanisme.

Sur chaque parcelle, on envisage une construction avec des logements mais on ne prend pas en compte les problématiques et les besoins des Castelnauviens en terme de mobilités, d'espaces publics ou d'équipements publics, comme les crèches et les écoles.

Richard Corvaisier - conseiller municipal d'opposition

Sur Twitter, Richard Corvaisier, conseiller municipal d'opposition, demande une deuxième réunion d'informations pour échanger sur le projet.

L'opposition a lancé une pétition contre le projet.