"Une nasse injustifiée et arbitraire" des supporters de Montpellier à Strasbourg, quatre députés montent au créneau

Une centaine de supporters venue assister au match de football entre Strasbourg et Montpellier ont été empêchés d’accéder au stade dimanche 17 septembre 2023. Les policiers les ont encerclés. Un acte condamné trois députés de l’Hérault, Nathalie Oziol, Sébastien Rome, et Sylvain Carriére, ainsi que que le député du Bas-Rhin Emmanuel Fernandès.

Ils espéraient passer un bon moment une fois arrivés au stade de Meinau à Strasbourg après près de 9 heures de route. Les supporters montpelliérains ont vite déchanté. Avant le début du match, ils sont bloqués par les policiers. Une situation dénoncée sur le réseau social X.

Au bout d'un moment, la délivrance. Mais pour y parvenir, il a fallu longer une voie ferrée. 

Les déplacements de supporters étaient au préalable réglementés par un arrêté préfectoral en date du 11 septembre qui prévoyait une escorte policière pour les Montpelliérains. 

Des faits incompréhensibles pour Mouss Besson, supporter MHSC Butte Paillade BP91. Il n’était pas présent dimanche mais assure que les deux clubs s’entendent bien. "Il n’a pas de conflits entre les supporters de Montpellier et ceux de Strasbourg". Pour lui, "c’est un abus d’autorité du préfet ".

Des actes condamnés par des députés

Deux jours après les faits, quatre députés montent au créneau et condamnent les faits. "Une nasse injustifiée et arbitraire des supporteur.rices montpelliérains", indique dans le député du Bas-Rhin, Emmanuel Fernandès. À moins d’un an des Jeux olympiques en France, les quatre parlementaires s’inquiètent de "l’incapacité des autorités et du gouvernement à permettre l’organisation des grandes compétitions sportives".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité