Port du masque à l’école : des parents s’élèvent contre son obligation dans l’Hérault

Publié le
Écrit par June Raclet
Depuis la rentrée du lundi 2 novembre, l’obligation du port du masque est étendue aux élèves de plus de 6 ans.
Depuis la rentrée du lundi 2 novembre, l’obligation du port du masque est étendue aux élèves de plus de 6 ans. © Enrique Garibaldi / FTV

Depuis ce lundi, le port du masque est étendu aux élèves d’écoles primaires. Dans différentes communes de la région, des parents refusent de masquer leurs enfants et les directeurs d’établissement ne peuvent légalement pas leur refuser l’entrée, pour le moment.
 

A l’entrée de l’école primaire de Prades-Le-Lez ce matin, la question du masque pour les enfants anime le débat. « Quand est-ce qu’on aura la réponse sur cette obligation ? » lance une maman devant le portail. « Le masque est obligatoire, ça c’est sûr, répond le directeur de l’établissement. Ce qu’on attend de savoir, c’est comment gérer les quelques enfants qui ne le portent pas. »

La crainte des conséquences psychologiques 

Dans cette école de 400 élèves, trois enfants ne portent pas de masque en classe, alors que c’est obligatoire pour les enfants de plus de 6 ans depuis la rentrée de ce lundi 2 novembre. Leurs parents ne sont pas d'accord avec cette mesure, comme explique Sonia, maman d’un élève de CM1, qui prône la défense des libertés individuelles  :

Je suis contre le port du masque chez les enfants pour des raisons de santé, des raisons psychologiques et d’apprentissage. Je respecte toutes les opinions, je veux juste que chaque parent puisse décider si son enfant porte le masque ou non.

Sonia, maman d'élève

Cette maman s’appuie sur les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé. « L’OMS stipule six conditions préalables à l’obligation du port du masque pour les enfants. Par exemple : la capacité de l'enfant à utiliser un masque correctement et en toute sécurité. Nos enfants n’ont eu aucune formation pour apprendre comment s’en servir », souligne Sonia.

La maman d’élève vient de lancer une pétition pour relayer son combat. Elle recueille déjà quelques signatures, mais la majorité des parents de cette école font porter le masque à leurs enfants. « Moi je suis tout à fait pour, c’est avant tout une protection pour nous et pour nos enfants », assure Malika Ghelamellah, maman de Yassine, 8 ans. 
 

"Mon fils n'aime plus l'école" 

Dans une autre commune de l’Hérault, à Poussan, la question fait également débat. Olivier Haudegond, parent d’élève, a créé la page Facebook « J’aime pas trop masquer mon gosse », qui regroupe à ce jour une cinquantaine de personnes.

« Pour moi, cette mesure est disproportionnée. D’un côté, on sait que les enfants sont peu contaminés et de l’autre, on sait que le masque peut avoir des conséquences respiratoires et psychologiques », détaille ce papa d’un petit garçon de 6 ans.
 

Mon fils adorait l’école, mais depuis cette rentrée il me dit qu’il n’a pas envie d’y aller. Il a même refait pipi au lit une nuit, ce qui n’arrivait plus depuis longtemps.

Olivier Haudegond, parent d’élève

Le rectorat n'a pas encore tranché

Reste une question pour les chefs d’établissement : que faire quand des parents refusent catégoriquement de masquer leurs enfants ? Pour le moment, ils n’ont pas le droit de leur refuser l’accès à l’école. Le rectorat reste vague sur la question, et prône le dialogue avec les parents.
 

Les directeurs d’écoles ont deux réponses à apporter à ces parents. Premièrement, que seuls les enfants qui ont un avis médical peuvent avoir une dérogation. Deuxièmement, que les écoles mettent des masques à la disposition des élèves qui n’en porteraient pas.

David Bergeron, conseiller technique de la rectrice de Montpellier, en charge du protocole sanitaire.

Enseignants et directeurs espèrent une réponse plus tranchée de la part du rectorat dans les prochains jours.
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.