Pro D2 - rachat de l’AS Béziers-Hérault : le club de Béziers sauve sa tête et est maintenu dans son championnat

Le club de rugby de Béziers affrontera Mont-de-Marsan dès le 4 septembre. Une affiche alléchante. Il ne restait plus qu'à avoir l'assurance du comblement du déficit, et la validation de la DNACG. Choses faites. 
Rugby PRO D2 Béziers contre Mont-de-Marsan le 28 février 2020.
Rugby PRO D2 Béziers contre Mont-de-Marsan le 28 février 2020. © MAXPPP Jean-Michel Mart
Peut-être la fin du feuilleton estival pour le club de rugby biterrois. Après le rejet d’un chèque signé par des investisseurs émiratis, il semble que le club se dirige à nouveau vers le projet Bouscatel, ancien président du Stade Toulousain.

Depuis le rejet de l'offre émiratie, l'ASBH était engagée dans une course contre la montre. Depuis lundi, le club se démenait pour trouver 1,7 millions d'euros pour faire valider ses comptes, et ne pas être rétrogradé en Fédérale. 

La décision était attendue ce jeudi 16 juillet. Robert Ménard exulte, et envisage déjà l'avenir du club.
 

J'ai poussé un "ouf" de soulagement. Après tellement de rebondissement, il est hors de question que le club ne reparte pas sur de meilleures bases. Nous avons besoin d'une nouvelle direction, d'une nouvelle gestion, d'une nouvelle structure. En attendant la réconciliation, ce qu'on retient, c'est que le club est sauvé.

Robert Ménard, maire de Béziers

 

Un feuilleton économique

En début de semaine, l’ASBH essuyait un coup dur. Lundi, la DNACG (Direction nationale d’aide et de contrôle de gestion) refusait de valider le projet de vente du club biterrois par des investisseurs émiratis, associés à Christophe Dominici.

L’ancien international et ses associés avaient pourtant mis sur la table un chèque à hauteur de 6,5 millions d’euros, correspondant presque au trou structurel de 7 millions d’euros dans les finances du club. Ce chèque a été refusé par les actionnaires de l'ASBH, étant donné qu'il n'était pas un chèque de banque.

L’an dernier, le club n’a validé son passage devant la DNCAG que grâce à l’apport du groupe Angelotti. Le groupe immobilier annonce dans Midi Libre ce jeudi 16 juillet, lâcher ses activités de sponsoring autour de l’ASBH.

Une porte de sortie nommée Bouscatel ?

Le projet émirati écarté, le club de rugby de Béziers se repenche sérieusement sur le projet René Bouscatel. L’ex-coach toulousain avait pourtant été mis de côté, le 27 juin, alors que l’ancien associé Louis-Pierre Angelotti dénonçait des menaces sur lui et sa famille.

Selon Éric Freitas, le président du secteur amateur de Béziers, les négociations ont repris autour de la présidence de René Bouscatel, à quelques heures du passage du club devant la DNCAG. Cette perte d'un sponsor historique arrivait au pire moment pour le club bitterois. Les assurances données ont apparemment été jugées suffisantes par les instances financières nationales. Le 4 septembre, l'ASBH démarrera donc bien une nouvelle saison de pro D2 en se déplaçant chez le Stade Montois.




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
as béziers-hérault pro d2 rugby sport