TEMOIGNAGE : la détresse d'un couple de commerçants de Lodève "On a dû fermer boutique, c'est un crève-coeur, ça marque"

Une étude montre que la crise sanitaire pourrait entraîner la faillite de 2 restaurants sur 3. Certains fast food ont déjà fermé. Comme à Lodève, où Angélique et Lionel qui géraient un commerce ont tiré définitivement le rideau. Ils doivent désormais se tourner vers le Secours populaire pour manger.
Lodève (Hérault) - ce couple a dû fermer son commerce à cause de la crise sanitaire - novembre 2020.
Lodève (Hérault) - ce couple a dû fermer son commerce à cause de la crise sanitaire - novembre 2020. © F3 LR
Une étude économique menée par l'Union des Métiers de l'Industrie de l'Hôtellerie laisse entrevoir un avenir sombre pour cette filière, notamment pour la restauration, très durement touchée par la crise du Covid. Les fermetures imposées et le confinement ont eu raison des trésoreries de ces commerces.
Des charges et plus de rentrées d'argent sur plusieurs mois, même avec les aides d'Etat, les plus fragiles ne s'en relèveront pas. L'estimation est de 40% à 66% de faillites dans les 12 mois. Du jamais vu depuis l'après-guerre.
Lodève (Hérault) - Lionel revient dans son magasin fermé depuis un mois, pour la première fois - novembre 2020.
Lodève (Hérault) - Lionel revient dans son magasin fermé depuis un mois, pour la première fois - novembre 2020. © F3 LR

Angélique et Lionel, victimes de la crise

Le couple gérait un fast food à Lodève depuis 5 ans. Des années de travail, d'investisement, de réussite et de bonheur. Mais en mars, tout bascule, avec le coronavirus. Le premier confinement met les finances à mal car il faut rembourser les crédits, continuer à faire vivre la famille tout en étant fermé. C'est une épreuve.
L'arrivée du déconfinement est un espoir mais de courte durée faute de clients... Angélique et Lionel jettent l'éponge et ferment boutique.

Un mois après, ils reviennent sur place, devant ce magasin fermé. Ils ont tout perdu.

Depuis que l'on a fermé, c'est la première fois que l'on remet les pieds ici. Qu'on ouvre le rideau. Ca fait flipper, c'est morbide, c'est glauque. C'est notre petite vie qui s'en va.

Angélique.

Se mettre à leur compte et ouvrir un commerce, c'était un projet de vie commun, pour le couple. Un aboutissement.

C'est un crève-coeur cette fermeture, cela marque.

Lionel.

Une aventure qui leur a demandé beaucoup d'investissement personnel et de travail, durant 5 ans.

On le faisait pour avoir quelque chose à nous. Une affaire qui marche bien. On s'est donné de la peine et aujourd'hui c'est compliqué... se dire qu'on ne rouvrira jamais...

Aujourd'hui, les 1.500 € d'aides de l'Etat couvrent à peine le loyer du bâtiment. Il ne reste rien pour Angélique, Lionel et leurs 3 filles, pour la vie quotidienne. En plus, l'inactivité pèse sur le moral.
"On devient des boules de nerfs. Le matin, on se lève et il n'y a rien au programme, malheureusement. Et la journée passe. Rien faire, c'est très très dur" conclut Angélique.

L'aide du Secours populaire

Pour la première fois de sa vie, Lionel s'est rendu au local du Secours populaire de Lodève. Pour y chercher de la nourriture pour sa famille.

On avait un emploi, on avait un commerce, on était à notre compte... et voilà, aujourd'hui on compte sur les autres. On est à la merci de venir ici. C'est pas une honte mais psychologiquement cela marque. Etre tombé si bas en 6 ou 7 mois !

Lionel.

Pour rebondir, Lionel et Angélique envisagent de se reconvertir. Ils ont renoncé à la restauration.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société témoignage vie associative social économie confinement solidarité entreprises