Aubry pour une nouvelle donne énergétique

Publié le Mis à jour le
Écrit par Laurence CREUSOT

La candidate PS était dans l'Hérault à 16h. Elle prône la sortie du nucléaire et salue le bus à un euro.

video title

Hérault : Martine Aubry en campagne

Martine Aubry était en visite de campagne dans l'Hérault. Elle est candidate à la primaire socialiste. Elle a parlé environnement et demande une nouvelle donne énergétique.

 Martine Aubry, candidate à la primaire socialiste, plaide pour une nouvelle donne énergétique passant par la sortie progressive du nucléaire et le développement des énergies renouvelables. Invitée de France Bleu Hérault, la maire de Lille parle de sortie du nucléaire sans indiquer de réélle échéance.

"L'énergie nucléaire qui apporte une énergie peu coûteuse à notre pays pose aujourd'hui

de nombreuses difficultés: le traitement des déchets, la sécurité. Je crois qu'il faut préparer la France à sortir du nucléaire", a ajouté la candidate qui consacre sa journée de lundi à la politique énergétique, tout d'abord à Clermont-Ferrand, puis à Saint-Maurice-Navacelles (Hérault).

Martine Aubry n'a toutefois pas donné d'échéance pour cette sortie. "Mme Merkel a donné, elle, l'échéance de 2025 pour l'Allemagne qui n'a que 20% de son électricité produite par le nucléaire". "Nous sommes à 75-80%, bien évidemment l'échéancier n'est pas le même", a-t-elle expliqué.

La candidate à la primaire PS pour 2012, qui souhaite une "sobriété énergétique dans nos manières de consommer et de produire", veut engager la France dans "les énergies renouvelables, comme le photovoltaïque, l'éolien ou les marées", alors que "le gouvernement a totalement arrêté", ce qui est "un aller-retour totalement dangereux pour l'avenir".

Martine Aubry a indiqué qu'elle désirait mettre en place, après les primaires, un groupe permanent de scientifiques qui auront comme mission de "mesurer notre capacité à produire" dans ces trois énergies.

La réduction de la consommation énergétique passera aussi par un changement de la politique tarifaire avec l'instauration d'une progressivité qui prendrait en compte le besoin impératif d'utiliser de l'énergie pour fonctionner.

"Il n'est pas normal de payer le même prix le litre d'eau lorsqu'on remplit sa piscine ou lorsqu'on fait un repas", a-t-elle donné comme exemple. Et de saluer le président du département de l'Hérault André Vezinhet qui permet aux habitants de se déplacer pour un euro dans les bus départementaux.

"Voilà un moyen de circuler propre", a-t-elle lancé.

A propos de Navarro et de la fédération de L'Hérault

 

"J'attends que la justice s'exprime", a affirmé lundi Martine Aubry, candidate à la primaire socialiste, sur la plainte pour abus de confiance déposée contre l'ancien Premier secrétaire de la fédération héraultaise, Robert Navarro.

"J'ai mis en place une mise sous tutelle (de la fédération) avec une direction collégiale qui a pris conscience de l'utilisation de l'argent des militants à des fins personnelles de la part de son trésorier, M. Navarro. Maintenant j'attends que la justice s'exprime", a dit Mme Aubry sur France Bleu Hérault.

"Il y a des faits, des allégations, des rumeurs, des murmures. Nous nous devons quand nous trouvons des éléments qui nous paraissent pénalement répréhensibles de saisir la justice. C'est à la justice maintenant de s'exprimer et bien évidemment à nous d'en tirer toutes les conséquences", a poursuivi la maire de Lille.

Déplorant que personne "ne soit intervenu avant (elle) dans l'Hérault", la candidate à la primaire a souligné que ce qui "relève du parti socialiste (devait) être traité".

Martine Aubry a cité l'exemple de la fédération des Bouches-du-Rhône "où une commission a été mise en place et en a tiré toutes les conséquences en matière de rénovation de cette grande fédération populaire".

A propos des valises de Me Bourgi

Martine Aubry (PS) a qualifié "d'extrêmement graves" les propos de l'avocat Robert Bourgi, qui a fait état de financements occultes de chefs d'Etat africains à l'ex-président Jacques Chirac, mais a souhaité "attendre les faits".

Dans Le Journal du Dimanche, Me Bourgi a décrit en détail des remises de fonds par valises émanant de chefs d'Etat africains qu'il aurait réalisées entre 1997 et 2005 auprès de l'ancien président Jacques Chirac et de celui qui fut son secrétaire général à l'Elysée et Premier ministre, Dominique de Villepin.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité