De Villepin à Montpellier

"Le parrainage n'est pas un soutien, c'est un devoir républicain". Le candidat était l'invité du JT.

Interrogé sur le nombre de parrainages recueillis, le candidat Dominique De Villepin a indiqué que " nous progressons ... mais c'est difficile". Il a reconnu que le compte n'y était pas.

Invité sur le plateau de France 3 Languedoc-Roussillon, l'ancien premier ministre a expliqué que "le parrainage n'était pas un privilège mais un devoir républicain pour permettre un débat national."

Dominique De Villepin a ajouté que " les maires sont pris dans des réseaux d'influence politique" qui les obligent à s'abstenir. Et dans son entourage, on déplore une attitude de neutralité fortement recommandée.

"Nous sommes dans un moment dramatique, le pays coule avec beaucoup de souffrance"

a dit aussi le candidat de République solidaire.

Il propose une véritable refondation politique, un gouvernement de 10 ministres et la création de 8 régions métropolitaines.