Giroud et Mapou Yanga-Mbiwa chez les Bleus !

Les deux joueurs montpelliérains sont retenus par Laurent Blanc. Mapou est l'invité surprise de cette sélection

video title

video title

Foot : Mapou Yanga-Mbiwa chez les Bleus !

Le capitaine de Montpellier Mapou Yanga-Mbiwa est selectionné pour l'Euro 2012. Réaction.

Laurent Blanc a retenu mardi Yoann Gourcuff, qui n'a plus été sélectionné depuis
mars 2011, Loïc Rémy, blessé, et, pour la première fois, Olivier Giroud et Mapou Yanga Mbiwa, dans sa deuxième pré-liste de 15 joueurs évoluant en L1 dans l'optique de l'Euro-2012.

Mapou Yanga-Mbiwa, le jeune capitaine de Montpellier, est l'invité surprise de la deuxième pré-liste de Laurent Blanc en vue de l'Euro-2012 et pourrait vivre une incroyable fin de saison entre un titre de champion à portée de main avec son club et la découverte des Bleus.

Pour ses 23 ans, Yanga-Mbiwa, jamais appelé jusqu'alors, a reçu un sacré cadeau d'anniversaire de la part du sélectionneur ! "C'est une surprise, a-t-il réagi. J'ai passé ma journée d'une manière normale, car je n'y pensais pas. Je suis très ému, je suis très content. Cela reflète l'image de notre saison avec Montpellier".
 

"C'est juste une présélection, il ne faut pas s'enflammer, a-t-il tempéré. Il faut continuer à travailler. Mais pourquoi pas y aller. C'est une récompense personnelle et collective aussi. Cela montre que l'on peut avoir du talent à Montpellier".

Dès le mois de février et le match amical en Allemagne, le nom du défenseur central montpelliérain avait pourtant circulé, mais c'est finalement le forfait de Younès Kaboul, annoncé mardi par le sélectionneur, et les grandes difficultés actuelles de Mamadou Sakho, pas retenu, qui ont précipité son arrivée en Bleu.
 

"On le suit depuis longtemps, il n'était pas très loin. De temps en temps, on a failli le prendre", a reconnu Blanc mardi. "Ce qui a fait la différence, c'est que Mamadou traverse une période assez délicate", a-t-il ajouté.
 

"Et donc, avec la blessure de Younès, il nous fallait un défenseur susceptible d'être compétitif de suite. On pense qu'avec la saison qu'il a faite et le contexte qui fait qu'il risque d'être dans un environnement très positif, il est peut-être plus apte à occuper ce rôle", a ajouté le sélectionneur.

Kaboul sur le flanc, Sakho relégué en tribunes et manifestement en crise de confiance avec le Paris SG, le choix de Yanga-Mbiwa apparaît en effet assez logique.
 

"C'est un très bon défenseur, très dur sur l'homme. Il fait quelques erreurs de jeunesse, mais tous les jeunes joueurs à son poste en font", a déclaré Blanc pour expliquer son choix.
 

Apaisé avec Hilton

Né à Bangui, en République centrafricaine, Yanga-Mbiwa est arrivé en France à l'âge de huit ans. Il a fait toute sa carrière avec Montpellier, où ses entraîneurs successifs l'ont fait évoluer à droite ou à gauche de la défense avant de l'installer dans l'axe.

Titulaire depuis cinq ans avec le club héraultais (deux saisons en L2 puis les trois dernières saisons en L1), il forme avec l'expérimenté Hilton l'une des charnières centrales les plus complémentaires et les plus efficaces du championnat de France.

Parfois sanguin - "Posez-moi encore une question et vous allez voir", avait-il lancé, le regard noir, à un journaliste qui l'interrogeait après son exclusionà Bordeaux en octobre -, il semble aussi s'être apaisé aux côtés du Brésilien.

Sélectionné en Espoirs avec l'équipe de France, il a aussi repoussé à plusieurs reprises les propositions de la fédération centrafricaine, espérant avoir sa chance avec les Bleus.

Cette chance est arrivée et vient couronner une incroyable saison pour le joueur et son club, qui n'a plus qu'à ramener un point d'Auxerre dimanche pour décrocher le premier titre de champion de son histoire.
 

Yanga-Mbiwa pourrait ensuite prolonger l'euphorie de cette fin de saison par un séjour cet été en Ukraine, même si Blanc doit encore enlever trois noms à sa liste élargie de 26 et qu'il pourrait choisir de partir avec sept défenseurs seulement.

Au pire, il aura pris date pour l'avenir, à un poste où la France n'est vraiment
pas riche actuellement.