Marche contre le Musée de la France en Algérie

Une centaine de personnes ont manifesté en ce jour symbolique contre le Musée de l'Algérie en France de Montpellier

video title

Hérault : contre le Musée de la France en Algérie

La date n'a pas été choisie au hasard. Ce 17 mars marque le 50e anniversaire des Accords d'Evian marquant la fin de la guerre d'Algérie. C'est ce samedi qu'ont choisi plusieurs collectifs pour marcher ensemble sur le très controversé futur musée de la France en Algérie, à Montpellier.

La date n'a pas été choisie au hasard: ce 17 mars marque le 50ème anniversaire des Accords d'Evian signifiant la fin de la guerre d'Algérie. C'est ce samedi qu'ont choisi plusieurs collectifs pour marcher ensemble sur le très controversé futur musée de la France en Algérie, à Montpellier.

La guerre d'Algérie a pris fin il y a 50 ans, mais eux ne désarment pas. Pour la centaine de manifestants, l'esprit colonialiste n'est pas mort.  Pour les  manifestants réunis place de la Comédie, l'esprit colonial est toujours vivant, en France comme en dehors des frontières. Et le racisme est son instrument.

Pour le combattre, ces militants de différents collectifs montpelliérains ont choisi de marcher sur un symbole : l'Hôtel Montcalm, rue de la République, futur musée de la France en Algérie.

Sans cesse repoussée, l'ouverture du lieu est prévue pour 2014. Il faut dire que depuis l'annonce de sa création par Georges Frêche, la polémique ne s'est jamais éteinte quant à son contenu.

Et puisque l'histoire fait débat, des projections et discussions ont clos cette journée d'action à l'Espace Pitot.

L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Politique" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité