INFOGRAPHIES : la dégradation rapide de la situation épidémique du Covid-19 se poursuit en Occitanie

La progression de l'épidémie de Covid-19 se poursuit en Occitanie : les chiffres publiés par l'ARS (agence régionale de santé) ce vendredi soir montrent une dégradation rapide de la situation au niveau des 3 indicateurs principaux : hospitalisations, transferts en réanimation et décès.

La campagne de dépistage intense montre que le nombre de cas positifs dépasse 12 % en Occitanie : la progression du Covid s'accélère.
La campagne de dépistage intense montre que le nombre de cas positifs dépasse 12 % en Occitanie : la progression du Covid s'accélère. © MaxPPP / Guillaume Bonnefont
La dégradation de la situation épidémique du Covid-19 se fait de plus en plus rapide en Occitanie : cette accélération est sensible depuis ces 3 dernières semaines, selon les tout derniers chiffres publiés par l'ARS (agence régionale de santé) ce vendredi soir 16 Octobre 2020.
Elle justifie clairement les nouvelles mesures prises pour freiner la circulation du Coronavirus.
En effet la politique de tests intensifs aboutit à des chiffres en hausse alarmante par rapport à ceux publiés par l'ARS le vendredi précédent (9 Octobre) :
Ces premiers chiffres sont le signe d'une augmentation de la transmission du virus au sein de la population de la région.
Le taux d'incidence (nombre de cas positifs pour 100 000 habitants) connaît des réalités très différentes selon les départements : hormis le Lot, 12 départements sur 13 ont dépassé la cote d'alerte maximale.
Dans ce macabre palmarès, c'est le Tarn-et-Garonne qui a connu la plus forte progression ces derniers jours.

Cette contagion s'accompagne d'un indicateur croissant des formes graves de la maladie : conséquence directe, la hausse du nombre des hospitalisations, des transferts de malades en service de réanimation, et au bout du compte des décès :

Autre paramètre préoccupant : la tension croissante au sein des services de réanimation des hôpitaux, avec de grandes disparités sur l'ensemble de la région :

Le strict respect ds gestes barrière reste le meilleur moyen de se protéger du virus et de protéger les autres.
Malgré le port du masque, la fermeture des bars, les restrictions pour les restaurants, la contagion a en effet poursuivi son accélération.
Du coup les mesures annoncées mercredi soir par le président Emmanuel Macron et détaillées jeudi par le 1er ministre jean Castex, se retrouvent clairement justifiées par tous ces chiffres.
Le couvre-feu est d'ores et déjà en vigueur dans les métropoles de Toulouse et Montpellier ; celle de Nîmes pourrait devoir s'y plier à son tour dans les prochains jours.
D'autres villes de moindre importance pourraient également subir le même traitement, comme Albi et peut-être Montauban.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société