Trafic SNCF interrompu entre Toulouse et Montpellier : les prix des billets de car explosent

Ce bus au départ de Montpellier vers Bordeaux était bondé / © Isabelle Bris / FTV
Ce bus au départ de Montpellier vers Bordeaux était bondé / © Isabelle Bris / FTV

Après les inondations des 22 et 23 octobre, il n'est plus possible de voyager en train entre Montpellier et Toulouse. Conséquences, les passagers en galère sont se rabattent sur les compagnies privées de car qui proposent des billets deux à trois fois plus chers que leurs prix habituels.

Par Yael Benamou et Emma Derome

Suite aux intempéries des 22 et 23 octobre dans le département de l'Hérault, qui ont causé d'importants dégâts sur les voies ferrés du réseau de la SNCF, la circulation des trains est interrompue, entre Montpellier et Toulouse, au moins jusqu’au lundi 4 novembre.

La SNCF n'a pas prévu suffisamment de bus de substitution. Les passagers se tournent donc vers les compagnies du bus privées, ou vers le co-voiturage. Conséquences : les prix des billets de car privés flambent, depuis jeudi dernier.  

De 4€ à 40€ pour un même trajet

Ce dimanche, à Montpellier, les voyageurs se pressent pour monter dans un bus d'une compagnie privée à destination de Bordeaux. Parmi les passagers, certains ont payé 4€, d'autre 40€, selon la période à laquelle ils ont acheté leurs billets.

Ces bus, qui ne sont habituellement remplis qu'à moitié, affichent tous complets. La demande augmente, les prix également. En réservant ce dimanche, pour un aller de Montpellier vers Toulouse, mardi matin, les prix grimpent jusqu'à 70€. 

"Ils profitent du malheur des gens"

Pour aller vers Perpignan, certains ont du payer 59€. "Normalement, les prix que j'avais entendu allaient de 15 à 25€, raconte un voyageur. Mais d'un seul coup, c'est le double voire le triple. Il n'y a pas de raison pour ça, c'est vraiment abuser du malheur des gens."

La compagnie privée Flixbus a annoncé, selon Franceinfo, avoir ajouté un trajet supplémentaire par jour entre Montpellier et Toulouse, pour répondre au nombre croissant de voyageurs.

"Les compagnie de bus profitent de leur monopole pour augmenter les prix, explique un touriste. Ce n'est pas juste, mais nous devons comprendre que ces compagnies doivent bien survivre..."
 

La SNCF, qui a réalisé plusieurs diagnostics sur les dégâts causés par les inondations, et commencé à remblayer les voies. Un point presse est prévu dans la semaine pour communiquer sur la suite des travaux.

La SNCF a commencé ce dimanche à remblayer les voies / © SNCF
La SNCF a commencé ce dimanche à remblayer les voies / © SNCF

A lire aussi

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus