• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

“Je n'ai rien à voir avec les actions de mon frère” répète Abdelkader Merah avant le verdict à son procès en appel

Abdelkader Merah dans le box des accusés / © B. Peyrucq / AFP
Abdelkader Merah dans le box des accusés / © B. Peyrucq / AFP

Alors qu'il avait la parole en dernier, le frère de Mohammed Merah a de nouveau clamé son innocence jeudi matin. Le verdict est attendu en fin de journée. 

Par Fabrice Valery

Abdelkader Merah a prononcé une seule phrase, jeudi matin, alors que la présidente de la Cour d'assises spécialement constituée, Xavière Siméoni, lui donnait la parole avant que les magistrats ne partent délibérer.

Une nouvelle fois, le principal accusé, frère du tueur au scooter, a indiqué, comme en 2017 lors de son premier procès, qu'il n'avait rien à voir avec les attentats perpétrés par son frère entre le 11 et le 19 mars 2012 à Toulouse et Montauban. 

"Je veux simplement dire que je n'ai rien à voir avec les actions perpétrées par mon frère" a dit Abdelkader Merah.

La veille, ses avocats avaient réclamé son acquittement, Maître Eric Dupond-Moretti, indiquant que si Abdelkader Merah était condamné "sans preuve", "les terroristes auront gagné". 

Mardi, le parquet général avait réclamé la réclusion criminelle à perpétuité pour Abdelkader Merah, avec une période de sureté de 22 ans, et demandé à la cour de le reconnaître coupable de complicité pour les crimes commis par son frère ainsi que de l'association de malfaiteurs terroriste criminelle. 

En novembre 2017, lors du premier procès, ces mêmes réquisitions n'avaient pas été suivies par la cour qui avait acquitté Abdelkader Merah pour la complicité et l'avait condamné à 20 ans de prison pour l'association de malfaiteurs terroriste criminelle. 

L'autre accusé, Fettah Malki, poursuivi pour association de malfaiteurs terroristes pour avoir fourni des munitions, un pistolet Uzi et un gilet pare-balles à Mohammed Merah, condamné au premier procès à 14 ans de prison, s'est lui aussi exprimé ce jeudi matin avant la délibération de la Cour. 

Je veux exprimer mes regrets d'avoir donner une arme à Mohammed (NDLR : Merah) Je ne suis pas un terroristes, je n'ai rien à voir avec ça (Fettah Malki)

Contre Fettah Malki, le parquet général a requis mardi une peine de 15 à 20 ans de prison. 

La Cour d'assises spécialement constituée de magistrats professionnels s'est retiré pour délibérer vers 10 heures ce jeudi matin. Le verdict est attendu en fin de journée. 

 

Sur le même sujet

Interview de Christophe Barret

Les + Lus