• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

L'islamiste Farouk Ben Abbes de retour à Toulouse sous contrôle judiciaire

Farouk Ben Abbes / © France Inter
Farouk Ben Abbes / © France Inter

L'islamiste Farouk Ben Abbes, exfiltré de Toulouse dans l'Aube le temps de l'Euro de football sur ordre du ministère de l'Intérieur, est de retour dans la ville rose où ce proche des frères Clain avait été assigné à résidence après les attentats du 13 novembre, a-t-on appris de source sûre. 

Par VA.

La Direction Générale de la Sécurité Intérieure ne le quitte pas d'une semelle. Farouk Ben Abbes, figure de la mouvance islamiste radicale, avait été exfiltré de Toulouse dans l'Aube, à Brienne-le-Château, où il était assigné à résidence le temps de l'Euro de football et du Tour de France de cyclisme au motif qu'il représentait "une menace particulièrement grave pour l'ordre public".

Lundi, il a quitté son hôtel de Brienne-le-Château pour rejoindre son appartement du Mirail. Pour le plus grand soulagement de Nicolas Dhuicq, le maire de Brienne-le-Château :

Toujours sous contrôle judiciaire, cet étudiant en LEA vivant à la Reynerie avec son épouse également étudiante, est tenu de se présenter 3 fois par jour au commissariat et fait l'objet d'une surveillance constante des services anti-terroristes.

Farouk Ben Abbes est un belgo-toulousain de 31 ans soupçonné d'être proche des frères Clain (deux toulousains partis combattre en Syrie), et notamment de Fabien Clain qui a revendiqué au nom de Daech les attentats du 13 novembre dernier à Paris.

Farouk Ben Abbes n'a jamais condamné pour des faits de terrorisme, mais son nom apparaît cependant en 2009 lors d'un attentat au Caire (Egypte) qui coûte la vie à la lycéenne française de 17 ans Cécile Vannier. Les services égyptiens le soupçonnent également d'être impliqué dans un projet d'attentat avorté qui visait déjà la salle parisienne du Bataclan en 2009.

Peu après les attentats du 13 novembre à Paris, le belgo-toulousain avait été interpellé dans le quartier de la Reynerie par le Raid puis assigné à résidence le 18 novembre dans le cadre de l'état d'urgence. Tenu de ne pas sortir de Toulouse sans autorisation, il avait été contrôlé à Colomiers. D'où sa condamnation à 3 mois de prison ferme.

Une fois libéré de la maison d'arrêt de Seysses, le ministère de l'Intérieur l'avait assigné à résidence dans un hôtel de Brienne-le-Château (Aube), par mesure de précaution, pour l'éloigner des matchs de l'Euro 2016 et du Tour de France.

A la suite d'une demande d'expulsion de Faouk Ben Abbes déposée par le maire de Brienne-le-Château, l'islamiste toulousain avait été conduit le 22 juillet dernier jusqu'à Roissy dans un avion à destination de la Tunisie. Lequel avait in extrêmis reçu l'ordre de ne pas décoller. L'arrêté d'expulsion du ministère de l'Intérieur étant ...incompatible avec l'interdiction de quitter le territoire dont Farouk Ben Abbes fait toujours l'objet.

Sur le même sujet

Montpellier : le sénateur LREM Robert Navarro définitivement condamné pour abus de confiance

Les + Lus