Cet article date de plus de 5 ans

La despedida de Paquito Leal

Les toreros, comme les cheminots, ont le droit de partir à la retraite à 55 ans. Paquito Leal, né en 1961 à Oran, a atteint l'âge. Ce jeudi 5 mai aux arènes d'Arles, le festival organisé en son honneur, fêtera beaucoup plus que la carrière d'un torero. Il célèbrera le parcours d'un homme exemplaire.
Paquito Leal : le goût d'apprendre
Paquito Leal : le goût d'apprendre © Celia
9 août 1987, Arles. Dámaso González confie symboliquement sa muleta, son épée et le premier toro de Yonnet à Paquito Leal qui devient ainsi le dix-septième matador français de l'histoire. Certes pas le plus brillant, mais pas le moins digne.

C'est comme banderillero aux ordres tour à tour d'Ortega Cano, de Marie Sara, de Stéphane Fernández Meca, de Denis Loré et d'innombrables novilleros que Paquito sillone pendant plus de deux décennies les arènes de France (toutes, sans la moindre exception) et d'Espagne (plus de 200 plazas, si l'on en croit sa comptabilité personnelle). Ses manières efficaces, ses costumes sombres et son visage de combattant en font rapidement une figure familière.

Paquito est par ailleurs le leader d'un clan, les Leal d'Arles, qui a donné un grand nombre de professionnels de l'arène. Son frère aîné, Jeannot est le valet d'épée de son petit neveau Juan, matador de toros. Ses frères Chico, Alain dit "Banane", Frédéric, son neveau Marco sont ou ont été banderilleros après avoir été, pour certains, matadores.

Paquito est surtout connu comme infatigable pédagogue. Longtemps à la tête de l'école taurine d'Arles, il a formé des dizaines de gamins sans que sa patience n'ait jamais semblé entamée ni son enthousiasme tari.
Dans ce monde où l'aigreur quelquefois vient avec l'âge, Paquito donne au contraire l'impression de gagner en humanité au fil des ans qui passent. Comme si à force d'apprendre aux autres, il se connaissait mieux lui-même.

Tous ceux qui aiment et soutiennent la tauromachie à la française seront à Arles ce jeudi 5 mai à 17h pour assister au festival de despedida organisé en son honneur. Paquito toréera. Certains de ses compagnons, beaucoup de ses élèves toréeront aussi.

En attendant, voici un sujet que nous avions tourné pour "Face au toril" en 1993. Paquito venait de commencer sa longue carrière de responsable de l'école taurine d'Arles…


jeunes loups

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
signes du toro culture tauromachie