Cet article date de plus de 8 ans

Le Languedoc-Roussillon compte 2 636 350 habitants selon l'Insee

Le Languedoc-Roussillon est une région dynamique à forte croissance démographique. Montpellier recense 257.351 habitants, la France 64,6 millions d'âmes en janvier 2010.
© France 3 Languedoc-Roussillon
La France comptait officiellement 64.612.939 habitants au 1er janvier 2010, selon les chiffres définitifs publiés lundi par l'Insee, soit "1,4 million d'habitants
gagnés en 4 ans et une croissance démographique deux fois plus élevée que la moyenne en Europe".

Au 1er janvier 2012, la population de la France était évaluée à 65,35 millions d'habitants, selon des estimations publiées en début d'année par l'Insee. L'Institut de la statistique présentera le 15 janvier prochain les chiffres estimés de la population au 1er janvier 2013.

Au 1er janvier 2010, la population de la France était de 64.612.939 habitants (contre 63.186.117 en 2006), dont 62.765.235 en métropole et 1.847.704 dans lesdépartements d'outre-mer. C'est sur ces chiffres que sont basés notamment les dotations financières aux collectivités ou le nombre de conseillers municipaux.

Toutes les régions françaises n'évoluent pas au même rythme, le littoral atlantique se montrant dynamique, en particulier la Bretagne, les Pays de la Loire et l'Aquitaine qui ont vu leur population augmenter fortement, de même qu'en Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon
et Rhône-Alpes.


Le rythme est moins soutenu dans les régions du nord et de l'est, alors qu'outre-mer, la Guadeloupe se situe désormais "en deçà du rythme national moyen" et la population de la Martinique diminue légèrement, note l'Insee. Si Toulouse (441.802 habitants), Nice (343.304), Nantes (284.970), Strasbourg
(271.782) et Montpellier (257.351) constituent le quinté des communes les plus peuplées après Paris, Lyon et Marseille, la palme de celle
la moins peuplée revient à Rochefourchat (Drôme) avec un habitant recensé au 1er janvier 2010.

L'Insee relève que la croissance est "portée par les petites communes". Elle est "moindre" dans les agglomérations moyennes et "5 fois moins rapide dans les villes centres que dans les banlieues des grandes agglomérations". Sur 36.683 communes, la moitié a moins de 420 habitants et les deux tiers moins
de mille. En moyenne, chaque commune compte 1.759 habitants contre 4.100 dans l'Europe des 27. "Entre 2006 et 2010, les petites communes sont plus dynamiques que les grandes. Si les communes de moins de 5.000 habitants abritent 40 % de la population, elles représentent 70 % de la croissance démographique", indique l'Insee.

Toutes ces données sont consultables sur le site http://www.insee.fr.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société