• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Marine Le Pen en campagne dans la région, sur fond de dérapages de plusieurs candidats FN aux départementales

Marine Le Pen à Foix / © L. Winsback / France 3
Marine Le Pen à Foix / © L. Winsback / France 3

Marine Le Pen a notamment refusé d'exclure la candidate de Pamiers-1 (Ariège) après ses propos islamophobes et homophobes, indiquant qu'elle était affiliée au SIEL, un micro-parti d'extrême-droite allié au Front National. En revanche le candidat FN de Causse-Comtal dans l'Aveyron a été exclu.

Par F. Valéry (avec AFP)

Portée par un récent sondage national qui place le Front National en tête du premier tour aux élections départementales des 22 et 29 mars prochains, Marine Le Pen s'attendait à une visite paisible ce lundi en Midi-Pyrénées, avec des étapes prévues à Foix et Cahors. Mais deux affaires de dérapages de candidats FN sur les réseaux sociaux ont terni ce lundi de la présidente du Front National en Midi-Pyrénées.

Il y a d'abord eu l'épisode des propos antisémites d'Alexandre Larionov, candidat du FN sur le canton Causse-Comtal en Aveyron, sur facebook. Placé en garde à vue vendredi dernier, le jeune militant frontiste sera convoqué au tribunal correctionnel après les élections pour être jugé pour "provocation à la haine raciale par voie électronique". Certes, il a été rapidement exclu du Front National, mais ses prises de positions ont entaché l'image du parti dans le département.

Et puis, il y a aussi un problème en Ariège, où Marine Le Pen est venue ce lundi soutenir ses candidats, parmi lesquels Thérèse Aliot, la mère de son compagnon et vice-président du FN Louis Aliot. Là, ce sont les propos islamophobes et racistes de la candidate Chantal Clamer (canton de Pamiers 1) qui posent problème. 
Marine Lepen vient soutenir les candidats ariégois du FN


Mais la présidente du Front national, Marine Le Pen a affirmé que ce n'était pas à elle d'exclure la candidate ariégeoise accusée de propos racistes et homophobes, cette dernière étant "investie par le Siel", un micro-parti d'extrême droite allié au FN.
.
Dans des tweets ou des commentaires injurieux sur les réseaux sociaux, relevés par des candidats du "Rassemblement à gauche" (alliance EELV Front de gauche) de Pamiers, cette élue municipale FN de la Tour-du-Crieu (Ariège) avait notamment appelé à "éliminer sans hésitation par tous les moyens possibles" les musulmans et elle avait insulté les femmes homosexuelles.

Pour Marine Le Pen, les propos de Mme Clamer sont "extrêmement maladroits, imprudents" et elle a "commis une injustice en faisant un amalgame". "On lui a fait comprendre qu'elle était allée trop loin, elle l'a reconnu", a dit Marine Le Pen, lors d'une conférence de presse.

Mais la présidente du FN a affirmé que ce n'était pas à elle "d'exclure ou pas" cette candidate, puisque'"elle était investie par le Siel", sous les couleurs du Rassemblement bleu marine (RBM).

Souveraineté Indépendance et Libertés (Siel) est un petit parti lancé en 2011, qui revendique 850 adhérents. Il est allié au FN au sein du RBM et présente 45 candidats aux départementales dans toute la France.

Sur le même sujet

Aude : des vendanges inespérées après les inondations d'octobre 2018

Les + Lus