• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Latifa Ibn Ziaten reçoit le prix 2015 de la Fondation Chirac pour son action de promotion du dialogue interreligieux

Latifa Ibn Ziaten, en compagnie du président de la République, lors de la cérémonie de remise de son prix pour la prévention des conflits
Latifa Ibn Ziaten, en compagnie du président de la République, lors de la cérémonie de remise de son prix pour la prévention des conflits

Depuis l'assassinat de son fils par Mohamed Merah, en 2012, elle sillonne la France pour lutter contre la radicalisation des jeunes. Le "prix 2015 pour la prévention des conflits" de la Fondation Chirac, a été remis ce jeudi matin à Latifa Ibn Ziaten.

Par VA.

Latifa Ibn Ziaten a reçu jeudi matin le "Prix pour la prévention des conflits" organisé à Paris par la fondation Chirac au musée du quai Branly en présence du président de la république François Hollande, de plusieurs membres du gouvernement, de Bernadette Chirac et de l'ancien Premier ministre Alain Juppé.

La mère de Imad Ibn Ziaten, la première victime de Mohammed Merah en mars 2012, est ainsi distinguée pour son action de promotion du dialogue interreligieux et d’une culture de la paix à travers l’Association « Imad Ibn Ziaten pour la jeunesse et la paix ». 

Elle en a profité pour demander l'aide des pouvoirs publics. "J'ai besoin d'aide pour passer ce message de paix et ce message de vivre-ensemble, d'aller vers l'autre", a-t-elle demandé au président de la République.

"On a un problème dans les écoles, il y a beaucoup de souffrances", mais aussi "dans les maisons d'arrêt des gens qui se convertissent à l'islam (...) on doit faire des règles". "C'est pas le prisonnier qui commande", a-t-elle dit. Il faut "ouvrir les ghettos fermés", a-t-elle ajouté, appelant à la "mixité".
 
"J'ai besoin d'aide et de soutien", a-t-elle insisté, émue. "Je compte sur vous, Monsieur le président, pour continuer mon combat. Si vous ne m'aidez pas, je perds mon courage", a-t-elle dit. "J'ai un bureau et deux salariés, et j'ai même pas de toilettes", a-t-elle ajouté. "Mon fils est mort debout et je reste debout à chaque fois que je témoigne", a-t-elle lancé dans une intervention vibrante.

François Hollande a ensuite pris la parole et lui assuré qu'elle aurait "le soutien nécessaire et indispensable de la République". 
Latifa Ibn Ziaten reçoit un prix de la fondation Chirac
La mère de l'une des victimes de Mohamed Mehra a reçu le "Prix pour la prévention des conflits" de la fondation Chirac pour son action de promotion du dialogue interreligieux
Après la mort de son fils, Latifa Ibn Ziaten a d'abord tenté de comprendre ce qui peut mener de jeunes gens à commettre des actes de terrorisme. Puis, confrontée à la valorisation de Mohamed Merah par certains jeunes dans la cité d’où il était originaire, Latifa décide alors de créer l’Association Imad Ibn Ziaten pour la jeunesse et la paix, dont le but est de promouvoir la laïcité et le dialogue interreligieux. Depuis les attentats de janvier 2015, elle a intensifié son combat.

Son association intervient auprès des enfants, adolescents et jeunes adultes, de tous les milieux sociaux, notamment de détenus en milieu carcéral. Jamel Debbouze en est le parrain.

Ses objectifs sont :
  • Œuvrer à la mise en place d’un authentique dialogue interreligieux.
  • Prévenir les dérives sectaires et extrémistes, notamment dans certains quartiers où l’extrémisme  est à l’œuvre depuis plusieurs années, et où la délinquance ne connaît plus de limites.
  • Mettre sur pied une structure éducative laïque et républicaine, appuyée par une cellule d’écoute religieuse multiconfessionnelle chargée d’intervenir en milieu carcéral ainsi que dans les écoles.
  • Promouvoir la laïcité et affirmer haut et fort qu’elle ne signifie pas le rejet de la religion, mais au contraire le droit de vivre sa foi, tout en ayant l’obligation de respecter celle des autres ainsi que les lois de la République.

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus