Covid : Emmanuel Macron avance les vacances de printemps d'Occitanie d'une semaine

Mercredi 31 mars, Emmanuel Macron a annoncé que les élèves auront cours en distanciel la semaine du 5 avril, dans tous les établissements scolaires français dont l'Occitanie. A partir du 12 avril, ce sera la France entière qui basculera en vacances de printemps jusqu'au 26 avril.

Les salles de classe vont se retrouver vides dans l'académie de Toulouse une semaine à l'avance pour cause de vacances anticipées
Les salles de classe vont se retrouver vides dans l'académie de Toulouse une semaine à l'avance pour cause de vacances anticipées © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

Le président de la République Emmanuel Macron a annoncé mercredi 31 mars que les tous les élèves français, dont ceux d'Occitanie, auront cours en distanciel la semaine du 5 avril. Comme au printemps 2020, les enfants des soignants et de quelques autres professions seront accueillis. De même que les enfants en situation de handicap qui doivent continuer à pouvoir être accueillis dans le secteur médico-social.

A partir du 12 avril, ce sera la France entière qui basculera en vacances de printemps jusqu'au 26 avril.

A cette date, les élèves de maternelles et de primaires feront leur retour en classe physiquement. En revanche, les collégiens et les lycéens reprendront leur cours à distance et ne retrouveront leurs classes qu'à partir du 3 mai.

Voici avec ce tweet le nouveau calendrier scolaire des vacances de Pâques.

L'exécutif espère ainsi freiner l'épidémie de Covid-19 car la situation continue de se dégrader notamment dans les établissements scolaires. L'académie de Toulouse n'est pas épargnée. Le taux d'incidence du virus chez les 10-19 ans a doublé en Occitanie en quelques semaines. Vendredi 26 mars, 13 écoles et 179 classes étaient fermées.

Le variant anglais est désormais dominant dans les contaminations et touche autant les 10-19 ans que les adultes mais les médecins le clament haut et fort : l'Occitanie ne vit pas encore une troisième vague, le taux de positivité monte mais progressivement.

"Avec un virus qui circule plus chez les jeunes, les écoles de notre région sont confrontées à plus de cas, explique le professeur Jacques Izopet, responsable du pôle biologie au CHU de Toulouse. De plus, l'Education nationale exige à présent de fermer des classes en cas de Covid et de tester plus largement. Résultat : le nombre de mineurs testé au drive du CHU s'envole."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vacances sorties et loisirs éducation société covid-19 santé