• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Ligue 1 - derby Montpellier-Nîmes : après la victoire, les sanctions ?

Dans les tribunes, pendant le derby Montpellier - Nîmes 30 septembre 2018 / © Pascal Guyot / AFP
Dans les tribunes, pendant le derby Montpellier - Nîmes 30 septembre 2018 / © Pascal Guyot / AFP

La commission de discipline de la Ligue de football se réunit ce lundi à 12h "pour étudier les suites à donner" après les 2 interruptions du match Montpellier-Nîmes (8e journée de Ligue 1). Laurent Nicollin craint des sanctions financières, même si le terrain n'a pas été envahi par les supporters. 

Par C.Alazet avec AFP


Dès la fin du match hier soir, la commission de discipline de la Ligue de football l'a annoncé dans un communiqué : les deux interruptions de la rencontre MHSC - Nîmes Olympique ne resteront pas impunies.
 
le communiqué publié dimanche 30 septembre à 20h45, après les incidents du derby MHSC - Nîmes Olympique
le communiqué publié dimanche 30 septembre à 20h45, après les incidents du derby MHSC - Nîmes Olympique

Une première interruption a eu lieu après le premier but montpelliérain, quand le grillage a cédé sous le poids des supporters du MHSC, heureux de prendre l'avantage dans ce derby. 
Cet incident  a fait deux blessés légers mais a été rapidement sous contrôle. Le match n'a été interrompu que quelques minutes.
 

La première mi-temps a été prolongée d'une dizaine de minutes, ce qui a permis à Andy Delort d'inscrire le deuxième but montpelliérain sur pénalty.

Mais la tension est monté d'un cran encore entre supporters pendant la seconde période.

A la 80ème minute, le MHSC menait 3 à 0, quand des supporters nîmois ont exhibé en tribune un morceau d'une banderole volée l'an dernier à un groupe de supporters montpelliérains, la Butte Paillade, ceux-ci ont tenté d'envahir (sans succès) le terrain. 
Le président Laurent Nicollin s'est déplacé pour parler aux supporters et tenter de les calmer. Finalement, les CRS ont dû intervenir. 
 
Interview de Laurent Nicollin
A l'issue du derby Montpellier- Nîmes, le président du MHSC revient sur les 2 interruptions de la rencontre. Propos recueillis par L.Beaumel et O.Brachard - F3 LR

La rencontre a lors été interrompue une vingtaine de minutes, joueurs et arbitres sont rentrés aux vestiaires.

Le match a repris et s'est terminé sur une large victoire du MHSC 3 buts à 0, un match référence pour les Montpelliérains qui ont su montrer des qualités offensives et forcément décevant pour le Nîmes Olympique, au vu de son bon début de saison.
 
Montpellier : des incidents lors du derby MHSC-Nîmes
Une victoire nette de Montpellier 3 à 0 face à Nîmes et des incidents durant le match. La commission de discipline de la Ligue de football se réunit ce lundi à 12h "pour étudier les suites à donner" après les 2 interruptions du match Montpellier-Nîmes (8e journée de Ligue 1). - F3 LR - Récit : L.Beaumel
 

Que risque le club de Montpellier ?


A partir du moment où le match a pu se terminer, le MHSC ne risque pas de le perdre sur tapis vert, c'est-à-dire par une décision-sanction de la Ligue de football professionnel.

Par contre, le club risque de grosses amendes financières et peut-être un ou plusieurs matches à huis clos.

En conférence de presse, le président Nicollin a tenu à insister sur le fait qu'à aucun moment, les joueurs n'ont été menacés.
    

Il y a eu un bon spectacle sur le terrain, c'était "folklo" en tribune mais c'est le Sud. On a va certainement prendre un grosse amende. Mon trésorier doit s'arracher les cheveux.
 

Interview de Laurent Nicollin
Après les incidents survenus lors de derby MHSC - Nîmes Olympique, le président montpelliérain insiste sur le fait qu'il n'y a pas eu envahissement du terrain par les supporters. Propos recueillis par L.Beaumel et O.Brachard - F3LR

Quelques précédents :

En mars 2018, lors d'un Lille-Montpellier, les supporters Lillois envahissent le terrain et s’en prennent aux joueurs de leur équipe.
Sanction de la commission de discipline de la ligue de football professionnel : un match à huis clos ferme et un autre avec sursis.

Lors du championnat de France 2018, Marseille, comme beaucoup d’autres clubs l’année dernière, a été condamné pour usage de fumigènes, à un match à huis clos partiel visant les ultras.

La saison dernière, la LFP a ordonné une vingtaine de ces sanctions en Ligue 1 et en Ligue 2.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus