Mort du petit Émile : des chiens "experts" à la recherche d'ossements du petit garçon dans un secteur très escarpé et difficile d'accès

Après la découverte samedi d'ossements identifiés comme ceux de l'enfant disparu au Haut-Vernet le 8 juillet dernier de nouvelles recherches sont actuellement menées. Aux côtés des techniciens d'identification criminelle, des équipes cynophiles du Lot participent aux recherches. Ces deux équipes font partie du centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie basé à Gramat.

Alors que des ossements appartenant au petit Émile ont été retrouvés par une randonneuse à un peu plus d’un kilomètre du Haut-Vernet, dans les Alpes-de-Haute-Provence, plusieurs dizaines de militaires mènent actuellement des fouilles sur place.

Parmi eux, deux équipes cynophiles de Gramat, dans le Lot. Le centre national d'instruction cynophile abrite également plusieurs équipes cynophiles spécialisées dans ce type de recherches.

Une centaine de militaires

En tout, une centaine de militaires participe actuellement aux recherches. Des enquêteurs, des techniciens d'identification criminelle, des anthropologues et deux brigades cynophiles.

Des drones ont survolé et photographié le secteur où le crâne et des dents du petit garçon ont été retrouvés. L'objectif est de "figer la scène" et de la modéliser en 3D pour pouvoir l'étudier avant qu'elle ne soit dégradée par des éléments extérieurs.

Le secteur, très escarpé est particulièrement difficile d'accès.

Des équipes spécialisées dans le Lot

Depuis 2002, le centre national d'instruction cynophile de Gramat abrite le groupe national d’investigations cynophiles. Cette unité spécifique regroupe des équipes cynophiles œuvrant dans des technicités rares, notamment la recherche de restes humains. Ce sont deux de ces équipes qui sont déployées au Vernet. Ces chiens, de différentes races, sont de vrais "experts", capables de retrouver des restes humains, même dans une végétation particulièrement dense.

Chaque année, le centre national d'instruction cynophile de la gendarmerie, CNICG, forme des équipes spécialisées. Les maîtres de chien sont formés pendant 14 semaines. Après les deux premiers jours, ils rencontrent leur compagnon avec lesquels ils rempliront des missions opérationnelles pendant sept à huit ans.