Lot : le collectif Un jour un chasseur part à la chasse aux 100 000 signatures pour faire changer la loi

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvain Duchampt
Le collectif Un jour un chasseur, créé à la suite de la mort de Morgan Keane souhaite une modification de la législation sur la chasse qui ne garantit "ni la sécurité, ni le bien-être" des habitants ruraux.
Le collectif Un jour un chasseur, créé à la suite de la mort de Morgan Keane souhaite une modification de la législation sur la chasse qui ne garantit "ni la sécurité, ni le bien-être" des habitants ruraux. © Vincent Isore - Max PPP

Créé à la suite de la mort de Morgan Keane, abattu dans le Lot par un chasseur en décembre 2020, le collectif Un jour un chasseur lance une pétition sur le site du Sénat afin de modifier en profondeur les lois sur la chasse, qui "ne garantissent ni notre sécurité, ni notre bien-être".

Le texte intitulé "Morts, violences et abus liés à la chasse : plus jamais ça !" a été publié sur le site internet du Sénat le 10 septembre. En un mois, la pétition a déjà récolté plus de 20.000 signatures. L'initiative du collectif Un jour un chasseur, créé suite à la mort de Morgan Keane, abattu dans le Lot par un chasseur en décembre 2020, vise à atteindre la barre des 100.00 soutiens en six mois. "Ces pétitions permettent, si plusieurs conditions sont réunies, de pouvoir saisir le Sénat d’une demande d’inscription à l’ordre du jour d’un texte législatif ou de création d’une mission de contrôle sénatoriale", est-il expliqué sur le site internet de la Chambre haute du parlement français.

Pas d'interdiction de la chasse mais une évolution de la loi

Depuis près d'un an, cette mobilisation, lancée par six amies du jeune Lotois tué, vise "la modification en profondeur de lois (sur la chasse) qui, de toute évidence, ne garantissent ni notre sécurité, ni notre bien-être". Un jour Un chasseur ne milite pas pour une interdiction de la chasse, mais pour une évolution de la législation.

Le collectif souhaite l'adoption de cinq mesures : 

  • Des dimanches et mercredis sans chasse
  • Une formation plus stricte et un renforcement des règles de sécurité
  • Un contrôle et suivi des armes de chasse et des comportements à risque
  • Des sanctions pénales à la hauteur des délits commis
  • La libération de la parole et reconnaissance des victimes de la chasse par l’État

"Cela fait un moment que nous savons que nous engagerions cette démarche au Sénat, explique Mila, l'une des fondatrice d'Un jour un chasseur. La pétition sur change.org, qui a recueilli 86 000 signatures, était un test avant de nous lancer dans cette initiative. 100.000 signatures en six mois, c'est très court".

Lancer le débat politique à la veille de l'élection présidentielle

L'idée a été suggérée par plusieurs députés. "Ils nous ont encouragé à en faire un débat politique et ce en pleine campagne pour l'élection présidentielle" précise la jeune femme. Le député écologiste Eric Cormand s'est emparé du sujet.

La pétition a également reçu le soutien du journaliste Hugo Clément, connu pour son engagement pour le bien-être animal, "afin que ce drame ne se reproduise plus".

L'action menée par le collectif Un jour Un chasseur, qui consiste également à "collecter et relayer des témoignages de violences et d’abus liés à la chasse", provoque de vives réactions du côté des chasseurs.

141 accidents de chasse entre 2019 et 2020

Face aux attaques, une communauté, dénommée SOS Cynégétophobie, a vu le jour sur les réseaux sociaux. Ces défenseurs de la chasse accusent Un jour un chasseur de n'être "qu'un groupuscule de menteurs", partageant "des faux témoignages, dénués de sens".

Selon l'office français de la biodiversité, 141 accidents de chasse se sont produits en France sur la saison 2019-2020. Onze d'entre eux se sont avérés mortels tandis que 90% des victimes de ces accidents étaient des chasseurs eux-mêmes. Néanmoins, ces accidents recensés n'incluent pas tous les autres incidents qui peuvent être liés à la chasse.

Mila n'est pas encore satisfaite du travail entrepris depuis 10 mois. "C'est négatif car on existe toujours, estime-t-elle. Mais on se rend compte qu'avec l'ouverture de la chasse, nous avons de plus en plus d'abonnés. La problématique de la chasse et des chasseurs devient une véritable problématique." Mais elle n'oublie pas la disparition de son ami Morgan. Une nouvelle marche blanche sera organisée en décembre prochain à sa mémoire.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.