Présidentielle 2022 : 3 choses à savoir sur Aurélien Pradié, porte-parole de Valérie Pécresse

Publié le

La candidate des Républicains, Valérie Pécresse, a nommé le député de la 1ère circonscription du Lot, Aurélien Pradié, parmi les six porte-paroles de sa campagne présidentielle.

La candidate LR a dévoilé les six porte-paroles qui composeront son équipe de campagne. Pilotée par l’eurodéputé Geoffroy Didier, cette équipe se veut l'incarnation de "la diversité de la droite", jeune (avec une moyenne d’âge de 38 ans) et paritaire. Parmi les membres des Républicains choisis, le député du Lot et élu d’Occitanie, Aurélien Pradié.

Figure montante des Républicains

Originaire de Cahors (Lot), Aurélien Pradié – aujourd’hui âgé de 35 ans – s’intéresse tôt à la politique. À partir de 2007, il préside les Jeunes UMP du Lot. Lors des élections cantonales de 2008, âgé de 22 ans, il devient, sur le canton de Labastide-Murat, le 2e plus jeune conseiller général de France derrière Jean Sarkozy. Il est élu maire de cette même commune en 2014 ; sa liste recueille un peu plus de 70 % des suffrages.

En 2019, il confie au Parisien : "Chirac me passionnait. Je l'adorais comme on adore Batman quand on est gamin." Christian Jacob le désigne secrétaire général du parti cette même année. Alors âgé de 33 ans, il devient l’élément jeunesse d’une structure politique à l’image vieillissante.

Une "droite sociale"

Le député revendique des idées proches de celles de Jacques Chirac ou de Georges Pompidou. Moins libéral que d’autres parlementaires LR, il s’était notamment dit favorable au référendum d’initiative partagée et a défendu le maintien du caractère public des Aéroports de Paris.

En septembre dernier, il accorde un entretien à l’Express et fait part de son ambition de "rassembler les classes populaires et la jeunesse", arguant que la droite ne peut pas gagner sans s’emparer des questions sociales : "l'ambition de la droite républicaine ne peut pas être de faire du Macron en mieux."

Engagé sur le handicap

Aurélien Pradié s’est saisi, au cours de son mandat, de plusieurs dossiers liés aux violences faites aux femmes, mais aussi au handicap. C’est sa propre situation familiale (son père devient paraplégique à la suite d’un accident vasculaire cérébral) qui l’aurait poussé à s’intéresser à la question de l’intégration des personnes en situation de handicap.

Le 25 août dernier, il présente par exemple une proposition de loi "visant à plus de justice et d’autonomie en faveur des personnes en situation de handicap". Il y défend notamment le maintien de l’allocation adulte handicapé (AAH) pour les personnes en couple. La voir baisser est "une atteinte à l’indépendance", dénonce-t-il à France Bleu Occitanie en octobre dernier, "une injustice", qui concerne "quelques milliers de nos concitoyens."

La proposition de loi a depuis été rejetée par l’Assemblée nationale, suscitant la colère d’Aurélien Pradié. Mais a valu à l’élu LR de recevoir, en février 2020, le prix du Député de l’année 2019 par le jury des prix du Trombinoscope. "Je dois tout aux Lotois qui m’ont accordé leur confiance depuis plusieurs années. Je sais d’où je viens et je ne l’oublie pas", avait-il commenté.