La Lozère recompensée par l'Europe pour ses vautours

Des vautours en vol en Lozère, près de Saint-Pierre des Tripiers. / © F3 LR
Des vautours en vol en Lozère, près de Saint-Pierre des Tripiers. / © F3 LR

C'est l'exemple même d'une réintroduction réussie, celle des vautours, en Lozère dans les années 80. Des rapaces relâchés en milieu naturel dans le cadre d'une vraie politique de développement économique et l'Europe vient de récompenser le projet.

Par Fabrice Dubault


La préservation des espèces en voie de disparition est un enjeu pour l'Europe, mais elle a souvent des conséquences extrêmement contraignantes pour les habitants des régions concernées.

En Lozère, la réintroduction des vautours a su éviter cet écueil. Au lieu de mettre sous cloche tout un territoire, les rapaces ont été associés à des politiques de développement économiques et culturels.

Une gestion gagnant-gagnant du site Natura 2000 des Gorges du Tarn, de la Jonte et des Grands Causses qui vient d’être récompensée au niveau européen pour les bénéfices socio-économiques de son action dans ce domaine.

Les vautours et le tourisme écologique

Les gorges de la Jonte, un canyon creusé entre le Causse Méjean et le Causse Noir. Le bout du monde.
Et pourtant, chaque année, ils sont plus de 30.000 touristes a faire le détour pour assister au miracle. Observer des centaines de vautours qui nichent dans les parois.

C’est, sur un balcon du Méjean surplombant les gorges, que tout a commencé. En 1981, les premiers vautours sont lâchés et nourris. Totalement disparus du ciel français, les rapaces ont peu à peu reconquis cet espace. On compte plus de 500 couples aujourd’hui en liberté.

Un modèle qui prend toute son originalité dans le partenariat qui a été noué avec les agriculteurs du Causse.

Exemple avec cet éleveur. Ce matin là, après avoir sorti ses brebis, il va devoir gérer la mort de l’une de ces bêtes.
Mais ici, l’équarrisseur n’est pas une entreprise. La dépouille est déposée sur une placette protégée. Et ce sont les vautours qui vont faire le travail.
Un équarrissage gratuit et écologique.

Un cercle vertueux qui ne s’arrête pas là. Grâce aux vautours notamment, la zone a été classée Natura 2000. Une reconnaissance de la fragilité du milieu au niveau européen qui a permis aux éleveurs du Causses d’obtenir des aides spécifiques.
Ainsi, ce sont plus de 2,6 millions d’euros de fonds européens qui ont été débloqués pour entretenir les paysages de l’agro pastoralisme sur le Causse.

La région des Grands Causses, déjà reconnue depuis 2011 au patrimoine mondial de l’humanité, vient d’être distinguée au niveau européen par le Grand Prix Natura 2000 dans la catégorie des bénéfices socio-économiques, pour le travail effectué par les les différents partenaires sur ce territoire depuis 30 ans.

Saint-Pierre des Tripiers (48) : réintroduction des vautours en Lozère
Reportage F3 LR : S.Banus et Y.LeTeurnier

 

Sur le même sujet

Les + Lus