Lozère : les éleveurs d'agneau pascal font face à une baisse des ventes et des prix

La semaine de Pâques entraîne normalement un regain d'activité pour les éleveurs ovins de la région. Mais cette année, la crise du Covid-19 ralentit fortement les ventes et cause une baisse des prix. Reportage en Lozère.

La semaine de Pâques amène un regain d'activité pour les éleveurs ovins de notre région. Mais cette année, avec la crise du Covid-19, les éleveurs sont inquiets.
La semaine de Pâques amène un regain d'activité pour les éleveurs ovins de notre région. Mais cette année, avec la crise du Covid-19, les éleveurs sont inquiets. © FTV
Comme chaque année à cette période, sur les hauteurs du causse Méjean, le Gaec de la Tride situé à Montbrun en Lozère connaît son pic d'activité. En apparence seulement. Car cette année avec la crise du Covid-19, les ventes se sont fortement ralenties.  Les familles ne se réuniront pas à Pâques, confinement oblige. Le traditionnel agneau pascal n'a donc pas la côte cette année.
 

Sur l' exploitation d'Aurélien Vernhet, constate le manque d'engouement : 

  Sur nos agneaux prévus pour Pâques, certains restent bloqués sur l'exploitation, faute de débouchés.

Une baisse des ventes conjuguée à une baisse du cours


Qui dit moins de demandes dit aussitôt baisse des prix. L'éleveur observe un affaissement des cours depuis mi-Mars. 

Dès la première semaine du confinement on a perdu 50 centimes du kilo carcasse. Chaque agneau faisant 17,5 kg carcasse et avec 380 agneaux à vendre, ça fait vite une perte économique importante.

Avec son cheptel de 620 brebis et 700 agneaux, l'éleveur espérait beaucoup de ce mois d'avril. Les autres années, ses ventes augmentent de 40 à 50 %. Des chiffres qui ne seront probablement pas atteints en 2019.
 
Pour aider la filière, la fédération nationale ovine, s'adresse directement aux grandes enseignes. Elle invite les grandes surfaces à mettre en avant l'agneau français et à modifier le mode de vente. 

Jean Francois Cazottes, vice-président de la Fédération nationale ovine : 

Comme les réunions familiales sont interdites, les grandes enseignes peuvent proposer des packaging beaucoup plus réduits qui satisferont la demande de 2 ou 3 personnes.

 
Le reportage de Régis Dequeker et Yannick Le Teurnier :
Les éleveurs d'agneau pascal font face à une baisse des vente et des prix
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société recettes de fêtes culture gastronomie