Les éleveurs de Lozère opposés au plan loup

Pas question de cautionner le nouveau plan loup. Les éleveurs lozériens sont catégoriques : pour eux, le plan loup 2018-2023 qui prévoit les futures actions de protection pour développer la population des loups met leur activité en danger. C'est le dossier de notre équipe de France 3 basée à Mende.
Une image de la vidéo receuillie par l'office national de chasse et de la faune sauvage de l'Hérault
Une image de la vidéo receuillie par l'office national de chasse et de la faune sauvage de l'Hérault © ONCFS SD34
En Lozère, la forêt est reine et l'agriculture de montagne reste extensive. De quoi assurer au loup le gîte...et le couvert... Les éleveurs lozériens et aveyronnais se battent pour faire reconnaître les spécificités de leur territoire et leurs difficultés à survivre.

Dans ce contexte, ils réagissent aujourd'hui au plan loup, également appelé plan Hulot en référence au ministre de ministre de la Transition écologique et solidaire. Ce plan préconise les mesures à prendre pour développer la population de loups en France jusqu'à 500 animaux prévus en 2023.

Les éleveurs s'organisent


Il y a d'abord eu la motion, signée par plus de 700 personnes, puis l’interpellation d’Emmanuel Macron au salon de l’agriculture avant que les représentants de la profession ne soient reçus à l'Elysée. Une mobilisation qui s'est au final traduite par un classement en "front de colonisation". Ce qui signifie que les éleveurs de lozère qui ne pourront pas mettre en place de mesures de protection en seront dispensés et pourront prévenir les attaques du loup par des tirs de défense automatique.

Chiens gardiens de troupeaux et clôtures


D'après les derniers textes du plan, l'éleveur doit avoir un chien pour garder son troupeau et des clôtures. Mais le chien peut lui-même représenter une menace pour les promeneurs alentours (on pense au chemin de Stevenson) et les barrières ne sont pas toujours envisageables dans les terrains trop accidentés.
Des clôtures électriques et des patous pour protéger les brebis des prédateurs.
Des clôtures électriques et des patous pour protéger les brebis des prédateurs. © F3LR


Autant de préconisations du plan qui font tiquer les éleveurs et surtout qui ne les rassurent pas sur le devenir de leurs troupeaux alors que la saison de de pâturage a débuté. Sans compter les interrogations sur l'hybridation des loups présents en Lozère.

Le dossier, par monts et par vaux, de Lily le Piver et Yannick Le teurnier.
durée de la vidéo: 02 min 37
Lozère : les éleveurs réagissent au plan loup. ©F3LR







Poursuivre votre lecture sur ces sujets
loup animaux sorties et loisirs agriculture environnement écologie société